La Jeunesse Harakie organise un sit-in devant l’Institut espagnol « Cervantes » à Rabat
Son Bureau Exécutif a rendu public un communiqué sur les derniers développements la question de notre intégrité territoriale

La Jeunesse Harakie a organisé, samedi dernier, un sit-in devant le siège de l’Institut espagnol « Cervantes » à Rabat, pour protester contre la position du Parlement espagnol sur la question de notre intégrité territoriale et les actes de désinformation menés par certains médias espagnols. Le Bureau exécutif de la Jeunesse Harakie a également publié le communiqué suivant :

M. Moubdiî : l’Espagne voudrait détourner l’attention du Maroc de son combat pour le développement en tentant de l’impliquer dans un conflit politicien et dans une course électoraliste effrénée

Lors de son intervention à l’occasion de la séance plénière de la Chambre des Représentants, tenue vendredi dernier et consacrée à l’examen de la position affichée par le parlement espagnol au sujet de la question de l’intégrité territoriale du Royaume, M. Mohamed Moubdiî a condamné les résolutions votées récemment par le Parlement européen et son homologue espagnol, et les recommandations émises par certaines organisations qui prétendent défendre les droits de l’Homme, affirmant que ces positions sont scandaleuses et violent les valeurs éthiques et politiques et soulignant que lesdites résolutions sont inacceptables parce qu’elles se sont basées sur des motifs fallacieux, attisés par une rancune coloniale inavouée.

Lors de l’intervention de M. Saâdaoui à l’occasion de la séance plénière de la Chambre des Conseillers consacrée à l’examen des derniers développements de la question de notre intégrité territoriale
Le Maroc parachève ses chantiers des droits de l’Homme et du développement malgré les complots de ses adversaires

Lors de l’intervention de M. Saâdaoui à l’occasion de la séance plénière de la Chambre des Conseillers consacrée à l’examen des derniers développements de la question de notre intégrité territoriale<br>Le Maroc parachève ses chantiers des droits de l’Homme et du développement malgré les complots de ses adversaires

Nulle voix n’est plus forte que la voix de la Patrie
La préservation de la souveraineté du Maroc est prioritaire à tout agenda partisan
Le Conseil National du Mouvement Populaire déclare que sa session demeure ouverte et reporte l’examen de son ordre du jour organisationnel
« La session de Laâyoune » publie un communiqué exhaustif pour répondre aux complots des adversaires de l’intégrité territoriale du Maroc

Le Conseil National du Mouvement Populaire a décidé de consacrer sa deuxième session ordinaire, tenue le samedi 4 décembre 2010, à la première question nationale, eu égard aux développements des événements de Laâyoune et aux positions prises par les parlements européen et espagnol et certains médias espagnols hostiles au Maroc.

A l’issue de sa session ordinaire, baptisée « Session de Laâyoune », le Conseil National du Mouvement Populaire a publié le communiqué suivant :

Mme Halima Assali dans un entretien avec le quotidien « Al-Haraka »
– La réunion du Conseil National du Mouvement Populaire est l’occasion de parachever la mise en œuvre des recommandations et des décisions du 11e Congrès national
– Le processus démocratique ne pourrait évoluer indépendamment de la préservation de l’unité nationale et des symboles de la souveraineté et des constantes de la Nation marocaine

Mme Halima Assali, membre du Bureau Politique du Mouvement Populaire, a qualifié la dernière session du Conseil national du Parti d’« historique » malgré sa programmation ordinaire dans le cadre de l’agenda d’un parti qui respecte les dates de tenue des réunions de ses structures.

Dans un entretien avec le quotidien « Al-Haraka », Mme Assali a affirmé que cette session intervient après le succès éclatant du dernier congrès national du Mouvement Populaire, qui a renouvelé la confiance en la personne de M. Mohand Laenser pour porter « le flambeau de l’Epi », grâce au recours aux urnes transparentes lors de l’élection  du Secrétaire Général et des autres structures du Parti, à savoir le Conseil National et le Bureau politique.