Tenue de rencontres de communication à Agadir, Mirleft et Tiznit, en présence de membres du Bureau politique
Le Mouvement Populaire est déterminée à poursuivre l’encadrement et la mobilisation de ses militants, en préparation aux prochaines échéances électorales

M. Essaïd Ameskane, Secrétaire Général Délégué du Mouvement Populaire, a exprimé ses sincères remerciements et sentiments de gratitude aux organisateurs de la rencontre de communication, tenue samedi dernier à Agadir, la capitale de la Région du Souss-Massa-Draâ, qualifiant cette ville combattante, au début de son allocution d’orientation, de terroir de la pensée, de la religion et de la culture.

Intervenant lors de cette rencontre, organisée par M. Saïd Skalli, Coordonnateur provincial du Parti et à laquelle ont pris part, aux côtés de M. Mohammed Serghini, membre du Bureau politique en charge des organisations, MM. Lahcen Haddad et Mohamed Ouzzine, membres du Bureau politique, M. Ameskane a ajouté que cette région, qui bénéficie d’une attention particulière, a donné naissance tout au long de son histoire à des personnalités qui ont joué des rôles pionniers dans tous les domaines de la vie religieuse, intellectuelle, politique et commerciale.

M. Ameskane a affirmé que la présence de la direction harakie aux côtés des militantes et militants harakis d’Agadir s'inscrit dans le cadre de la traduction du rôle joué par les partis politiques en matière d’encadrement, de sensibilisation et d’information des citoyens par rapport aux développements importants qu’enregistre la scène nationale, d’autant plus que durant cette phase critique marquée par le printemps arabe, certains pays arabes ont vécu des problèmes innombrables avec le déclenchement des révolutions et l’instabilité qu’elles ont induit.  M. Ameskane a souligné que cette phase critique requiert de nous de tirer les leçons de ces expériences qui ont fait subir des épreuves aux peuples.

En relation avec cette question, le Secrétaire général Délégué a évoqué l'expérience marocaine qui, à son tour, a été marquée par un dynamisme politique pour revendiquer davantage de social-démocratie, mais qui n'a pas atteint la même intensité qu’ont enregistrée d'autres pays. M. Ameskane a expliqué cette situation par le fait que le Maroc a connu la première constitution en 1908, les premières élections parlementaire en 1962 et a vécu une phase de transition, quarante ans après l'indépendance, pour clore les dossiers du passé et établir une rupture avec les idéologies importées qui sont incompatibles avec nos valeurs islamiques.

M. Ameskane a ajouté à cet égard que pour défendre les intérêts de la Nation, le Mouvement Populaire a joué un rôle politique exceptionnel durant cette étape, en faisant face aux courants menaçant la stabilité du pays.

Poursuivant ses commentaires relatifs à cette ère de l'histoire du Maroc, M. Ameskane a indique que le Mouvement Populaire a déposé sa demande de création en 1957 ; laquelle demande a été rejetée en raison de la pensée prédominante à l'époque. Ce qui a été à l’origine du soulèvement des militants harakis, regroupant des résistants et des éléments de l'armée de libération, contre la pensée unique. Ainsi, le parti a fait ses premiers pas au sein de l’opposition en revendiquant le dahir des libertés publiques, qui a reconnu aux Marocains le droit de créer des partis politiques et des associations.

M. Ameskane a précisé que plusieurs facteurs ont fait épargner au Maroc les mêmes déboires dans lesquelles sont tombés des pays arabes. Ainsi, outre l’abrogation du dahir « tout ce qui est de nature » en vertu duquel ont été interdites les manifestations dans la rue, le début de la transition démocratique avec l’association de l'opposition au gouvernement d’alternance et la création d'institutions s’intéressant aux questions des droits de l'Homme, l’adoption d’une nouvelle constitution a été porteuse pour les Marocains d’autres avantages sur les plans démocratique, des droits de l’Homme et de la corrélation de la responsabilité avec la reddition des comptes.

M. Ameskane n’a pas omis d’évoquer également le rôle joué par le régime de monarchie constitutionnelle, qui se caractérise par la légitimité historique, en matière d’édification d’une société unifiée et solidaire et ce, malgré sa diversité culturelle et civilisationnelle.

M. Ameskane a conclu qu’en dépits des crises financières et économiques mondiales dont il a clairement ressenti les effets et qu’en dépit de la situation politique inconfortable au niveau national, le Maroc a pu dépasser les phases critiques avec sagesse et rationalisme.

Par ailleurs, M. Ameskane a souligné la nécessité pour le citoyen marocain de prendre conscience du caractère crucial de cette phase critique, et qu’il soit mobilisé en vue de participer largement aux prochaines élections, dans le cadre du respect de l’option démocratique choisie par le Maroc et de la nouvelle constitution, dans l’objectif de parvenir aux objectifs escomptés par tout le monde, notamment le changement des attitudes qui accompagnaient l’opération électorale.

M. Ameskane a souligné que la nomination des nouveaux Walis et  gouverneurs à la veille de l’annonce de la date des prochaines élections constitue un signal fort traduisant la détermination et volonté du pays d’organiser des élections libres, démocratiques et au-delà de tout soupçon, ajoutant que le citoyen a la responsabilité de veiller à la réussite de cette expérience en affluant largement pour s’inscrire sur les listes électorales et participer à l’élection de celui qui dispose des compétences requises l’habilitant à s’engager dans la gestion des affaires locales.

L’Association des Femmes Harakies organise un séminaire sur la question de la participation des femmes dans l’action politique

L’Association des Femmes Harakies organise, demain mercredi dans la Préfecture de Skhirat -Témara, un séminaire sur la question de la participation des femmes dans l'action politique sous le thème « Les femmes dans les collectivités territoriales, un levier pour la bonne gouvernance locale » et ce, à 15H au Club Jasmine à Harhoura.

La 8ème colonne
Nos Forces Armées Royales .. notre fierté éternelle

Après la libération du Maroc de l'emprise du colonialisme français, grâce à la révolution du Roi et du Peuple, unique et sans précédent dans l'histoire, la réflexion portant sur l’institution d’une armée forte et moderne a constitué l’une des priorités du Royaume s’agissant du parachèvement et de la consolidation de sa souveraineté.  

Le libérateur de la Nation, Mohammed V que Dieu l’ait en sa sainte miséricorde, avait confié cette mission au Prince héritier à l’époque, Feu Sa Majesté Hassan II, qui a accompli cette mission avec succès en 1956.

Demain, nos braves Forces Armées Royales célébreront leur 56ème anniversaire. C’est une occasion où s’unissent tous les Marocains, militaires et civils, pour célébrer cet anniversaire, réunis autour de leur devise commune éternelle  « Dieu, la Patrie, le Roi ».

Tenue du 2ème Congrès provincial de la Jeunesse Harakie à Kenitra

La Jeunesse Harakie tient son 2ème Congrès provincial à Kénitra sous le thème « Acteurs et persévérants » et ce, le dimanche 13 mai 2012 à 14H, dans la salle de conférences de la Chambre de Commerce, d’Industrie et des Services de Kenitra.

M. Mohand Laenser : Le 4ème Congrès mondial de Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLU), prévu de se tenir à Rabat en 2013, constituera un moment fort pour mettre en avant les réalisations du Royaume

Le ministre de l'Intérieur, M. Mohand Laenser, a souligné, jeudi dernier à Rabat, que l’accueil par le Maroc du 4ème Congrès mondial de Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLU), prévu de se tenir à Rabat en octobre 2013, constituera un moment fort pour mettre en avant le processus démocratique et de développement que connaît le Royaume sous la conduite éclairée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

Intervenant lors de la cérémonie officielle marquant le lancement des travaux préparatoires de ce Congrès, prévu de se tenir à Rabat durant la période s’étalant du 1er au  4 octobre 2013 et ayant pour thème « La vision d’une société, l’édification de la démocratie », M. Laenser a précisé que l'organisation de cette grande rencontre internationale coïncide avec le lancement au Maroc de grands chantiers dans les différents domaines économiques, sociaux et humains, l'instauration de la régionalisation avancée, la réforme et la rénovation des structures de l'Etat, le renforcement de l'indépendance de la justice, l’amélioration des indicateurs du développement, l'encouragement des investissements productifs et la promotion de l'égalité entre les deux sexes, etc.

Le ministre de l'Intérieur a exprimé, dans une allocution prononcée en son nom par le Wali-Directeur Général des Collectivités Locales au ministère de l'Intérieur, M. Allal Sekrouhi, la fierté du Royaume du Maroc que la ville de Rabat abrite ce grand événement international, devenant ainsi le premier Etat islamique, arabe et africain à jouir de cet honneur et de cette reconnaissance.
M. Laenser a souligné, par ailleurs, que la candidature du Maroc à l'organisation du 4ème Congrès mondial de Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLU) émane d'une forte conviction à l'égard des nobles idées et valeurs que cette organisation œuvre à promouvoir et de la pertinence des programmes et des thématiques qu’elle met en œuvre et aborde, rappelant à cet égard les défis et les contraintes auxquels font face les collectivités territoriales et les gouvernements locaux lors du troisième millénaire.

Dans ce contexte, M. Laenser a précisé que les collectivités territoriales et les gouvernements locaux constituent désormais, aux côtés des Etats, une force de proposition et un cadre d’excellence propice à la mise en œuvre et à l’activation des différentes stratégies de développement, ainsi que des espaces contribuant à la promotion et la consécration des valeurs de solidarité, d’entraide et de synergie, qui leur apportent un soutien pour relever les défis et surmonter les contraintes et problèmes, multiples et variés, que soulève le XXIème siècle.

Partant de cela, M. Laenser ajoute que l’organisation du 4ème Congrès mondial de Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLU) constitue une opportunité qui permettra d’apporter des réponses satisfaisantes et des solutions adéquates aux interrogations et aux problèmes qui préoccupent les gouvernements, les élus et les acteurs dans les secteurs public et privé.

M. Laenser a souligné à cet effet que le Maroc dispose d'une longue expérience et expertise en matière d'organisation des grandes manifestations, et conférences internationales et régionales ayant trait aux collectivités territoriales et aux gouvernements locaux et ce, grâce aux efforts concertés des responsables gouvernementaux et des élus, ainsi que grâce à la démarche démocratique consacrée par le Royaume sous la clairvoyante direction de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

M. Laenser a précisé que ces rencontres constituent une opportunité pour les élus locaux marocains pour occuper une position prestigieuse et influente au sein des instances dirigeantes des organisations internationales qui s'intéressent aux affaires locales, ce qui leur a permis de faire part des acquis capitalisés par le Royaume dans les domaines de la démocratie locale, de la décentralisation, du développement économique, social et humain, ainsi que la défense des causes nationales.