Le Réseau « Femmes pour Femmes » critique la liste conjointe entre les femmes et les jeunes, proposée par le projet de loi organique de la Chambre des Représentants
Mme Barakate : l’enjeu actuel est de traduire sur le terrain l’esprit de la réforme et les dispositions de la Constitution, mais il est nécessaire de conserver la liste nationale des femmes comme mécanisme de discrimination positive

Les participantes à  une conférence de presse organisée samedi dernier par le réseau « Femmes pour femmes » ont été unanimes à souligner que la mise en œuvre du principe de la parité, stipulé par la nouvelle constitution, demeure tributaire de l’adoption de la liste nationale dédiée aux femmes.

Au cours de cette conférence de presse, animée sous le signe « quel mécanisme pour la mise en œuvre de la constitution et la réalisation de la parité au sein des institutions élues ? », les intervenantes ont affirmé que l’adoption d’une liste nationale dédiée aux femmes, en tant que mécanisme de discrimination positive au bénéfice du sexe le moins représenté, est à même de favoriser l’amélioration de la représentativité des femmes au Parlement dans la perspective de la réalisation de la parité, autour de laquelle ont été unanimes toutes les forces politiques eu égard à son importance comme l’un des fondements de tout édifice démocratique.

Les intervenantes ont critiqué la liste conjointe entre les femmes et les jeunes gens, proposée dans le cadre du projet de loi organique de la Chambre des Représentants, précisant que cette liste nationale « n’est pas en harmonie avec l’esprit de la nouvelle constitution et qu’elle elle est contradictoire avec les engagements internationaux du Royaume, notamment l’engagement de réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement ».

A cet égard, Mme Nouzha Alaoui, coordinatrice nationale du réseau « Femmes pour femmes » a affirmé que la mise en œuvre du principe de la parité est tributaire de la garantie de l’équilibre entre les deux sexes dans le cadre de l’adhésion aux partis politiques depuis leur création, pour que l’on puisse parler de la mise en place des conditions d’une application fluide de la parité dans les instances partisanes et les institutions élues ».

Mme Alaoui a ajouté que tout parti politique doit prendre les dispositions positives nécessaires pour garantir la mise en application de la parité dans ses instances dirigeantes aux niveaux national, régional et local, tout en adoptant les principes de démocratie et de transparence dans le cadre de la procédure de sélection de ses candidats.

Mme Alaoui a souligné, par ailleurs, que le réseau « Femmes pour femmes », qui réaffirme son attachement aux dispositions de l’article 19 qui stiple le principe de la parité, estime qu’il est nécessaire de consacrer un soutien matériel annuel aux partis politiques qui ont obtenu le tiers du nombre des sièges réservés aux femmes au niveau des conseils élus et ce, dans le but d’encourager les partis politiques à présenter la candidature de femmes dans des circonscriptions où ces formations politiques sont assurées de remporter la victoire.

Mme Alaoui a annoncé, en outre, que le réseau « Femmes pour femmes » a entamé une campagne de plaidoyer en direction du gouvernement, des partis politiques et des groupes parlementaires pour les sensibiliser sur sa position à l’égard de la représentativité politique féminine et des projets de lois soumis au débat, ainsi que pour examiner avec eux les formes de mobilisation et de lutte appropriées pour consolider les acquis des femmes.

Pour sa part, Mme Khadija Barakate, membre du Conseil National du Mouvement Populaire et Présidente de la Ligue de l’Innovation et de la Communication, a affirmé qu’il est certes vrai que l’enjeu d’aujourd’hui est de traduire sur le terrain l’esprit de la réforme et les dispositions de la Constitution, parce qu’il constitue le premier test de la volonté politique et de la capacité à mener des réformes profondes et audacieuses, qui rompent avec le passé et qualifient notre pays pour accomplir une véritable transition démocratique consacrant les droits et les libertés fondamentales, la participation citoyenne et l’égalité entre les femmes et les hommes.

Toutefois, Mme Barakate a indiqué qu’il est nécessaire de préserver la liste nationale des femmes en tant que mécanisme de discrimination positive au profit du genre sexuelles le moins représenté, tout en veillant à ce que cette liste couvre 90 sièges et à relever le taux de représentativité des femmes dans la Chambre des Représentants au tiers au moins à travers l’allocation de 15% des listes locales aux femmes en tant que têtes de listes.

Mme Barakate a indiqué, par ailleurs, que le mécanisme de discrimination positive n’acquiert sa légitimité démocratique qu’en fonction de la réponse qu’elle apporte à la ségrégation historique dont ont été victimes les femmes de manière exclusive ; laquelle ségrégation est ancrée dans les structures sociales, les valeurs culturelles et les stéréotypes en vogue en matière de répartition du pouvoir, de l’influence et des rangs sociaux, et consacrée également par les structures et les pratiques institutionnelles et politiques et les obstacles qui représentent autant d’entraves à la conquête par les femmes des sphères de prise de décision.

Mme Barakat a ajouté que les femmes marocaines d’aujourd’hui devraient immuniser et présever leurs acquis, et améliorer et consolider leur taux de représentativité, en vue de la mise en œuvre du principe constitutionnel de la parité.

Il est à signaler que cette rencontre, à laquelle ont pris part des acteurs politiques, syndicaux et associatifs, s’inscrit dans le cadre du débat politique et juridique que connaît la scène politique, notamment sur les deux projets de lois organiques relatifs à la Chambre des Représentants et aux partis politiques.

Le gouvernement soutient, en principe, la revendication par les jeunesses des partis politiques d’une liste nationale conjointe entre les jeunes et les femmes

Le Chef du Gouvernement, M. Abbas El Fassi, a affirmé, jeudi dernier à Rabat, que le gouvernement soutient, en principe, la revendication par les jeunesses des partis politiques d’une liste nationale conjointe entre les jeunes et les femmes, lors des prochaines élections législatives.
Dans une déclaration à la presse à l’issue d’une réunion avec les représentants d’organisations de jeunesses relevant du « Mouvement de la jeunesse marocaine pour une représentativité politique maintenant », M. El Fassi a souligné que le gouvernement prendra une décision au sujet du nombre des sièges qui seront dédiés à cette liste et dont le nombre variera entre 74 et 90 sièges, répartis équitablement entre les jeunes et les femmes.
Concernant la revendication soumise par cette instance de jeunesse et portant sur la création d’un fonds national pour soutenir les jeunes à travers le financement d’activités génératrices de revenu et à caractère productif, M. El Fassi a indiqué que le gouvernement examinera cette revendication et donnera ultérieurement son avis sur cette question.
Pour leur part, les organisations des jeunesses des partis qui ont pris part à cette réunion ont réitéré leur revendication consistant à consacrer aux jeunes un quota raisonnable et acceptable dans la liste nationale conjointe, qui devrait nullement être inférieur à la proposition du Ministère de l’Intérieur dans sa première mouture, qui a stipulé de consacrer 90 sièges à la liste nationale, répartis équitablement entre les jeunes et les femmes.
Les organisations de jeunesses ont également mis l’accent sur la nécessité de créer un fonds pour le soutien de l’action politique des jeunes qui se chargera des affaires de jeunesses et de la défense de leurs causes, appelant le gouvernement à consacrer un soutien matériel aux partis politiques qui encouragent les jeunes et qui prévoient de désigner des jeunes têtes de liste au niveau provincial.
Il est à signaler que « le Mouvement de la jeunesse marocaine pour une représentativité politique maintenant », constitué récemment à Rabat, compte parmi ses membres 29 organisations des jeunesses et 17 autres organisations de la société civile, œuvrant en faveur de cette catégorie sociale et appelant à l’adoption d’une liste nationale dont les sièges seront équitablement répartis entre les jeunes hommes et les jeunes femmes, en vue de garantir la représentativité des jeunes dans la prochaine Chambre des Représentants.

L’orage révèle la faiblesse des infrastructures et des projets de réhabilitation
Décès d’une femme emportée par les crues engendrées par les pluies diluviennes qui se sont abattues sur la ville de Khénifra

L’orage qui s’est abattu sur la ville de Khénifra, mercredi dernier, a été à l’origine du décès d’une femme qui s’appelait de son vécu (K. Naïma), qui a été emportée par les crues dans une ruelle étroite au centre-ville et dont le corps n’a été retrouvé que tard dans la nuit en dépit des recherches menées par des éléments de la Protection Civile depuis qu’elle a été portée disparue.

Mme Halima Assali dans une interview avec le quotidien « Al-Haraka »
Les revendications de la rue et des nouvelles générations traduisent la revendication de renouvellement des élites politiques

Mme Halima Assali, membre du Bureau Politique du Mouvement Populaire et député parlementaires, a affirmé que la position du Parti à l’égard de la composition mixte de la liste nationale est claire.

Le Mouvement Populaire organise un colloque sur « la dette publique et son impact sur l’économie nationale »
L’économie nationale n’a pas été affectée en raison du dynamisme politique et des aléas économiques internationaux et arabes

Le Mouvement Populaire a organisé, lundi dernier à Rabat, un colloque sur « la dette publique et son impact sur l’économie nationale », avec la participation de hauts cadres de l’Etat, de professeurs universitaires et de politiciens.