Lors de la rencontre de communication organisée par le Mouvement Populaire à Tiznit
La corrélation de l’exercice de l’autorité et de la responsabilité publiques avec le contrôle et la reddition de comptes

Les rencontres de communication que la direction du Mouvement Populaire tient avec les militantes et les militants du parti n’ont pas été l’occasion d’attribuer à ces derniers des chèques à blanc qui leur garantiraient d’occuper des positions avancées lors des prochaines élections, sans pour autant déployer des efforts pour l’édification du parti aux niveaux local et provincial, sur la base de la crédibilité, de la transparence, de l’encadrement et de la mobilisation.

Dans le cadre de cette volonté sincère et audacieuse, la direction du parti, qui comprend, aux côtés de M. Essaïd Ameskane, Secrétaire Général Délégué, deux membres du Bureau politique, à savoir M. Mohamed Serghini en charge des organisations et M. Lahcen Haddad, ministre du Tourisme, a poursuivi sa tournée communicationnelle avec la base harakie. Dans ce cadre, la ville de Tiznit a été, dimanche dernier, la dernière escale, après les étapes d’Agadir et de Mirleft.

M. Mohand Laenser souligne que le Ministère de l’Intérieur veille à adopter un dialogue constructif et serein en vue de régulariser les questions concernant le personnel et les agents des collectivités territoriales

Le ministre de l’Intérieur, M. Mohand Laenser, a souligné, lundi dernier à Rabat, que le ministère de l’Intérieur est animé d’une volonté incontestable d’adopter un dialogue permanent, constructif et sérieux, en vue d’examiner et régulariser toutes les questions concernant le personnel et les agents des collectivités territoriales.

M. Laenser a précisé à l’occasion du lancement du dialogue avec les syndicats représentant les salariés des collectivités territoriales que le ministère veille à examiner toutes les questions et les points en suspens, dans le cadre d’un dialogue serein et responsable, saluant le travail fructueux qui a toujours marqué les rounds du dialogue social entre le ministère de l'Intérieur et les syndicats représentant les salariés des collectivités territoriales.

M. Laenser a souligné que ce dialogue a abouti à la conclusion de deux accords en 2002 et 2007 qui ont porté sur la régularisation de nombreuses questions et ont également permis de définir la méthodologie de travail, se félicitant de l’action des syndicats en tant que partenaire principal du ministère de l'Intérieur s’agissant de veiller à la réussite de l’action des collectivités territoriales.

Tenue par le Mouvement Populaire de rencontres organisationnelles à Casablanca et Khémisset

Le Mouvement Populaire organise, ce mercredi 16 mai, deux rencontres organisationnelles sous la présidence de membres du Bureau politique : la première rencontre, qui aura lieu à Casablanca, sera consacrée à la restructuration des organes du Parti à Hay El-Hassani, alors que la seconde rencontre sera dédiée à la création et au renouvellement des bureaux locaux du Parti à Khémisset.

M. Mohamed Ouzzine : Le Maroc dispose de 20 centres pour la protection de l’enfance, bénéficiant annuellement à 6.000 enfants délinquants

Le Ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Mohamed Ouzzine, a affirmé que le Maroc dispose de 20 centres pour la protection de l'enfance d’une capacité d’accueil estimée à 2.075 pensionnaires et bénéficiant annuellement à 6.000 enfants délinquants, sachant que cinq de ces centres sont dédiés aux filles.

M. Ouzzine a précisé, dans une allocution prononcée lors de l’ouverture d’une journée d’étude sur le thème « Le rôle des politiques publiques et de la société civile en matière de rééducation et requalification des délinquants », que le ministère focalise, dans le cadre de sa nouvelle stratégie pour la protection des enfants et la requalification des jeunes délinquants en vue de leur intégration, sur la mise à niveau des infrastructures de ces centres, le renforcement de l'élément humain, le soutien de la formation continue et le développement des services et des contenus des programmes ciblant cette catégorie.

Tenue de rencontres de communication à Agadir, Mirleft et Tiznit, en présence de membres du Bureau politique
Le Mouvement Populaire est déterminée à poursuivre l’encadrement et la mobilisation de ses militants, en préparation aux prochaines échéances électorales

M. Essaïd Ameskane, Secrétaire Général Délégué du Mouvement Populaire, a exprimé ses sincères remerciements et sentiments de gratitude aux organisateurs de la rencontre de communication, tenue samedi dernier à Agadir, la capitale de la Région du Souss-Massa-Draâ, qualifiant cette ville combattante, au début de son allocution d’orientation, de terroir de la pensée, de la religion et de la culture.

Intervenant lors de cette rencontre, organisée par M. Saïd Skalli, Coordonnateur provincial du Parti et à laquelle ont pris part, aux côtés de M. Mohammed Serghini, membre du Bureau politique en charge des organisations, MM. Lahcen Haddad et Mohamed Ouzzine, membres du Bureau politique, M. Ameskane a ajouté que cette région, qui bénéficie d’une attention particulière, a donné naissance tout au long de son histoire à des personnalités qui ont joué des rôles pionniers dans tous les domaines de la vie religieuse, intellectuelle, politique et commerciale.

M. Ameskane a affirmé que la présence de la direction harakie aux côtés des militantes et militants harakis d’Agadir s'inscrit dans le cadre de la traduction du rôle joué par les partis politiques en matière d’encadrement, de sensibilisation et d’information des citoyens par rapport aux développements importants qu’enregistre la scène nationale, d’autant plus que durant cette phase critique marquée par le printemps arabe, certains pays arabes ont vécu des problèmes innombrables avec le déclenchement des révolutions et l’instabilité qu’elles ont induit.  M. Ameskane a souligné que cette phase critique requiert de nous de tirer les leçons de ces expériences qui ont fait subir des épreuves aux peuples.

En relation avec cette question, le Secrétaire général Délégué a évoqué l'expérience marocaine qui, à son tour, a été marquée par un dynamisme politique pour revendiquer davantage de social-démocratie, mais qui n'a pas atteint la même intensité qu’ont enregistrée d'autres pays. M. Ameskane a expliqué cette situation par le fait que le Maroc a connu la première constitution en 1908, les premières élections parlementaire en 1962 et a vécu une phase de transition, quarante ans après l'indépendance, pour clore les dossiers du passé et établir une rupture avec les idéologies importées qui sont incompatibles avec nos valeurs islamiques.

M. Ameskane a ajouté à cet égard que pour défendre les intérêts de la Nation, le Mouvement Populaire a joué un rôle politique exceptionnel durant cette étape, en faisant face aux courants menaçant la stabilité du pays.

Poursuivant ses commentaires relatifs à cette ère de l'histoire du Maroc, M. Ameskane a indique que le Mouvement Populaire a déposé sa demande de création en 1957 ; laquelle demande a été rejetée en raison de la pensée prédominante à l'époque. Ce qui a été à l’origine du soulèvement des militants harakis, regroupant des résistants et des éléments de l'armée de libération, contre la pensée unique. Ainsi, le parti a fait ses premiers pas au sein de l’opposition en revendiquant le dahir des libertés publiques, qui a reconnu aux Marocains le droit de créer des partis politiques et des associations.

M. Ameskane a précisé que plusieurs facteurs ont fait épargner au Maroc les mêmes déboires dans lesquelles sont tombés des pays arabes. Ainsi, outre l’abrogation du dahir « tout ce qui est de nature » en vertu duquel ont été interdites les manifestations dans la rue, le début de la transition démocratique avec l’association de l'opposition au gouvernement d’alternance et la création d'institutions s’intéressant aux questions des droits de l'Homme, l’adoption d’une nouvelle constitution a été porteuse pour les Marocains d’autres avantages sur les plans démocratique, des droits de l’Homme et de la corrélation de la responsabilité avec la reddition des comptes.

M. Ameskane n’a pas omis d’évoquer également le rôle joué par le régime de monarchie constitutionnelle, qui se caractérise par la légitimité historique, en matière d’édification d’une société unifiée et solidaire et ce, malgré sa diversité culturelle et civilisationnelle.

M. Ameskane a conclu qu’en dépits des crises financières et économiques mondiales dont il a clairement ressenti les effets et qu’en dépit de la situation politique inconfortable au niveau national, le Maroc a pu dépasser les phases critiques avec sagesse et rationalisme.

Par ailleurs, M. Ameskane a souligné la nécessité pour le citoyen marocain de prendre conscience du caractère crucial de cette phase critique, et qu’il soit mobilisé en vue de participer largement aux prochaines élections, dans le cadre du respect de l’option démocratique choisie par le Maroc et de la nouvelle constitution, dans l’objectif de parvenir aux objectifs escomptés par tout le monde, notamment le changement des attitudes qui accompagnaient l’opération électorale.

M. Ameskane a souligné que la nomination des nouveaux Walis et  gouverneurs à la veille de l’annonce de la date des prochaines élections constitue un signal fort traduisant la détermination et volonté du pays d’organiser des élections libres, démocratiques et au-delà de tout soupçon, ajoutant que le citoyen a la responsabilité de veiller à la réussite de cette expérience en affluant largement pour s’inscrire sur les listes électorales et participer à l’élection de celui qui dispose des compétences requises l’habilitant à s’engager dans la gestion des affaires locales.