La Commission de supervision de la campagne électorale du Mouvement Populaire poursuit ses réunions

Dans le cadre de la poursuite des préparatifs à la campagne électorale des élections législatives du 25 novembre 2011, la Comité Commission de supervision de la campagne électorale s’est réunie hier sous la présidence de M. Mohamed Serghini.

L’Université de l’espace rural, en organisant sa première session à Meknès, appelle à :
– la réhabilitation de l’élément humain à travers l’encadrement, la formation et le suivi
– L’adoption d’une approche globale et intégrée en milieu rural

Le Mouvement Populaire a donné le coup d’envoi de l’Université de l’espace rural en organisant sa première session dans la ville de Meknès ce week-end dernier sous le thème « L’espace rural, sous un nouveau concept ».

L’organisation de cette session, aux travaux de laquelle ont pris part plusieurs experts et cadres du Mouvement Populaire spécialisés dans le domaine aux côtés d’acteurs associatifs représentant des associations actives dans le domaine du développement rural, s’inscrit dans le cadre de l’attention qu’accorde le Mouvement Populaire au monde rural, comme l’a d’ailleurs confirmé M. Mohamed Jawad dans son allocution d’ouverture en sa qualité de coordonnateur de cette université.

La première session de l’Université de l’espace rural clôture ses travaux par l’émission de recommandations pratiques fondées sur un diagnostic de la situation actuelle
M. Laenser : le développement de l’espace rural requiert une large approche participative, incluant l’administration, les partis politiques, les instances élues et les associations de la société civile

La première session de l’Université de l’espace rural, organisée à Meknès par le Mouvement Populaire, a clôturé ses travaux samedi dernier en émettant un ensemble de recommandations pratiques et réalisables, auxquelles ont abouti les  travaux des trois ateliers thématiques.

L’Alliance pour la Démocratie annonce à Casablanca son programme conjoint
Il vise l’édification d’un courant sociétal démocratique fort pour relever les défis actuels et futurs

L’Alliance pour la Démocratie a présenté, jeudi dernier à Casablanca, lors d’un point de presse, la plateforme programmatique commune de l’Alliance, qui comprend une vision élaborée à l’horizon de l’année 2016, trois défis à relever et un ensemble d’engagements.

M. Mohand Laenser, Secrétaire Général du Mouvement Populaire (l’une des composantes de l’Alliance), qui a présenté les grandes lignes de cette plateforme programmatique commune, a affirmé que la vision cristallisée par l’Alliance à l’horizon de l’année 2016, repose principalement sur la mise en œuvre optimale des dispositions de la Constitution, le parachèvement de l’édification institutionnelle, l’octroi d’un cachet démocratique et moderniste aux lois organiques, la garantie de la sécurité spirituelle des Marocains et la consolidation des constantes nationales, doctrine, identité et institutions.

M. Laenser a ajouté que le premier défi à relever réside dans la restauration de la confiance des Marocains dans les institutions, la création d’un environnement sain et transparence inspirant confiance à tous les acteurs et la lutte contre la corruption.

M. Laenser a indiqué, par ailleurs, que le second défi a trait à la dignité, en considérant que la dignité et la justice sociale sont des droits et non des privilèges, d’autant plus qu’ils sont une condition essentielle nécessaire pour la cohésion et la stabilité sociales.

Le troisième défi, a précisé M. Laenser, porte sur la prospérité économique, c’est-à-dire la réalisation de la croissance afin de relever les défis sociaux sur le long terme et bâtir une économie forte et concurrentielle à même de consolider la position du Maroc sur le plan international.

Concernant les engagements pris par l’Alliance, M. Laenser a indiqué qu’ils sont relatifs à l’attachement à la Constitution en tant que cadre de l’Etat de droit et des institutions, le respect de la lettre et de l’esprit de la Constitution, l’exercice de toutes les attributions tant au sein de la majorité que de l’opposition, l’édification de la régionalisation comme espace de pleine citoyenneté et de la réalisation de soi, l’établissement d’un lien entre la responsabilité et la reddition des comptes, la promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes, l’élaboration d’une politique équilibrée fondée sur le genre et la consolidation de l’édifice d’un pouvoir judiciaire efficace, intègre et facilement accessible tant sur le plan procédural que territorial.

M. Laenser a souligné que ces engagements sur le plan culturel sont relatifs en particulier au soutien de l’authenticité ouverte aux valeurs universelles, l’engagement active et interactive avec l’environnement, l’adoption d’une politique linguistique garantissant la promotion des langues nationales et l’ouverture sur les langues étrangères et leur maîtrise et l’institutionnalisation de l’amazighité en tant qu’identité, langue et culture.

Sur le plan médiatique, ces engagements ont consisté à souligner l’importance de l’existence d’une presse qui reflète le pluralisme, constitue un espace de débat public et offre un service public moderne et professionnel.

Sur le plan de la santé, les engagements de l’Alliance ont concerné principalement la généralisation de la couverture sanitaire, le renforcement le réseau des centres de santé de proximité, le renforcement des ressources humaines et de la formation, ainsi que l’amélioration des indicateurs de santé nationaux.

Dans le domaine de l’enseignement, ces engagements consistent en particulier à rétablir la confiance dans l’école comme espace pour d’acculturation des valeurs et de préparation à s’engager dans la vie sociale et professionnelle, et à soutenir l’égalité des chances et la promotion sociale.

Dans le domaine de l’habitat, il a été souligné l’importance de mettre en place des logements appropriés avec la capacité de financement des différentes catégories sociales et de revoir le système du logement social à travers la révision des conditions d’accès et l’adoption de mesures incitatives, en plus d’accorder la priorité à l’élimination des bidonvilles.

Les engagements de l’Alliance concernent également la lutte contre la pauvreté et la vulnérabilité selon une vision de développement et de solidarité, la consécration de la position du Maroc comme plateforme de production, des services et d’exportation, le renforcement de l’économie domestique, le soutien de l’investissement et de l’entreprise et la diversification de la production.

S’agissant des moyens à mobiliser pour honorer ces engagements, l’Alliance les a définis dans l’accélération du rythme de réalisation des stratégies sectorielles, le renforcement du tissu industriel et des services, le soutien aux petites et moyennes entreprises, le maintien du rythme de l’investissement public, l’augmentation du rythme des investissements étrangers, le soutien à l’exportation et la diversification des débouchés, l’élaboration d’un modèle de développement spécifique aux zones rurales et aux zones difficiles et l’octroi de la priorité à la préservation de l’environnement.

Il a été indiqué également à l’occasion de cette rencontre, à laquelle ont pris part les dirigeants des huit partis politiques composant l’Alliance, que cette dernière présentera bientôt un programme conjoint précis avec des chiffres et des données.

Les dirigeants de ces partis ont souligné, dans le cadre de leurs réponses aux différentes questions, que la plateforme programmatique conjointe de l’Alliance identifie les priorités d’action dans le cadre d’engagements précis.

Ils ont ajouté que cette alliance, ouverte à d’autres partis, vise à édifier un courant sociétal démocratique et fort pour relever les défis actuels et futurs.

Il est à rappeler que l’Alliance pour la Démocratie regroupe le Rassemblement National des Indépendants, l’Union Constitutionnelle, le Mouvement Populaire, le Parti Authenticité et Modernité, le Parti de la Gauche Verte, le Parti Travailliste, le Parti Socialiste et le Parti de la Renaissance et de la Vertu.

La Commission nationale des candidatures électorales du Mouvement Populaire dément avoir arrêté ses résolutions s’agissant de l’accréditation des candidats

La Commission nationale des candidatures du Mouvement Populaire, présidée par M. Essaïd Ameskane, a démenti les informations colportées par certains journaux nationaux s’agissant de l’arrêt de la liste des candidates et des candidats du Mouvement Populaire, tant au niveau de la liste nationale que des listes locales.