La Commission de la Justice à la Chambre des Conseillers approuve le projet de loi organique relative à la nomination aux hautes fonctions

La Commission de la Justice, de la Législation et des droits de l’Homme à la Chambre des Conseillers a approuvé à la majorité, mardi dernier, le projet de loi organique n° 02.12 portant application des dispositions des articles 49 et 92 de la Constitution relatives à la nomination aux hautes fonctions.

En effet, ce projet de loi organique, qui s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des dispositions de la Constitution, a été approuvé par 10 voix pour, avec 3 voix contre et 3 abstentions.
Le projet de loi organique comprend six articles relatifs aux principes et aux critères de nomination aux hautes fonctions et de proposition des candidates et des candidats pour pourvoir ces fonctions, ainsi que deux annexes comprenant la liste des établissements et des entreprises publics stratégiques et la liste complétant  les hautes fonctions délibérées en Conseil de gouvernement.

Ainsi, ce projet de loi organique a fixé la liste des établissements et des entreprises publics stratégiques dont les responsables sont nommées au niveau du Conseil des ministres, qui sont au nombre de 39 (20 établissements publics stratégiques et 19 entreprises publiques stratégiques), alors qu’il a fixé la liste des hautes fonctions au niveau des administrations publiques et la liste des établissements et des entreprises publics dont les fonctions sont délibérées en Conseil de Gouvernement au nombre de 1.181 postes.

Le projet de loi organique a défini la liste des établissements et des entreprises publics stratégiques sur la base d’un ensemble de considérations, à savoir notamment leurs rôles majeurs, les missions qu’elles assument dans les domaines économique, social et culturel, la durabilité des objectifs prévus dans leurs programmes et plans d’action à moyen et à long terme, ainsi que leur rayonnement à l'échelle nationale et internationale.

Le ministre de la Fonction publique et de la modernisation de l'administration, M. Abdelâadim El Guerrouj, a estimé, en réponse aux questions des conseillers de la majorité et de l'opposition, que ce projet de loi organique, le premier en son genre a être soumis au Parlement par le nouveau gouvernement, apporte une première pierre à l’édifice de consolidation et d’institutionnalisation de la bonne gouvernance, ajoutant qu’il s’agit de la première loi organique évoquant les principes d’égalité des chances, de transparence, de méritocratie et de parité.

Une délégation ministérielle s’enquiert de l’état de santé des personnes blessées, victimes de l’accident de collision d’un train avec un minibus de transport scolaire près de Benguerir
Inhumation des dépouilles des victimes dans la Commune rurale d’Oueled Hassoun

Sur Hautes Instructions Royales, une délégation ministérielle, conduite par le ministre de l’Intérieur, M. Mohand Laenser, s’est rendue, mardi dernier, dans l'hôpital Ibnou Tofaïl relevant du Centre Hospitalier Universitaire Mohammed VI à Marrakech, en vue de s’enquérir de l'état de santé des personnes blessées, victimes de l’accident de collision d’un train avec un minibus de transport scolaire, intervenu lundi dernier près de la ville de Benguerir et ayant fait quatre morts et 16 blessés.

M. Mohand Laenser, qui était accompagné notamment du Ministre Délégué auprès du ministre de l'Intérieur, M. Charki Draïss, du ministre de l'Education nationale, M. Mohammed El Ouafa, du Wali de la Région Marrakech-Tensift -Haouz, M. Mohamed Faouzi, et d'autres personnalités, a effectué une tournée dans les différentes unités du Service des soins intensifs de l'hôpital, où des explications ont été fournies à la délégation ministérielle sur l’ensemble des mesures qui ont été prises pour apporter toutes les formes de soutien, d’assistance et de soins aux blessés et à leurs familles.

Par la suite, la délégation ministérielle s’est rendu dans l’hôpital militaire Avicenne de Marrakech pour s’enquérir de l’état de santé d’une autre victime, qui y reçoit les soins nécessaires.

Les membres de la délégation ministérielle avaient pris part auparavant aux obsèques des quatre écoliers décédés dans cet accident. A cette occasion, la délégation ministérielle a transmis aux membres des familles des victimes les messages de condoléances et de compassion que leur avaient adressés Sa Majesté le Roi. M. Mohand Laenser leur avait fait part des sentiments d'affection du Souverain quand il a appris cette triste nouvelle, leur réaffirmant les sentiments de bienveillance et d’agrément que témoigne Sa Majesté le Roi aux membres des familles endeuillées.

Le ministre de l'Intérieur a souligné à cet égard, dans une déclaration à la presse, que dès qu’il a été informé de la triste nouvelle de la perte de ces jeunes dans un accident ferroviaire, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a dépêché une délégation ministérielle pour présenter ses condoléances aux familles des victimes et les sentiments de bienveillance et d’agrément dont il les entoure, ainsi que sa décision de prendre en charge les frais d’inhumation des victimes et d’hospitalisation des blessés, traduisant la communion du Souverain avec ses sujets durant les heureux et tristes évènements.

Le Secrétaire Général Délégué reçoit des représentants des habitants des camps d’Al-Wahda (L’unité) à Boujdour

M. Essaïd Ameskane, Secrétaire Général Délégué du Mouvement Populaire, a reçu, hier au siège du Secrétariat Général du Parti, des représentants des habitants des camps d’Al-Wahda (L'unité) à Boujdour, en présence de M. Mohamed Serghini, membre du Bureau politique, et des membres du Groupe Haraki à la Chambre des Représentants, MM. Ibrahim Khay, Mouloud Ajef et Mohamed Saâdoun.

Cette rencontre a été l’occasion d’examiner plusieurs questions qui préoccupent les populations de la province, qui nécessitent une intervention immédiate des parties responsables en vue de leur trouver des solutions appropriées et d'accélérer la mise en œuvre de ces solutions et ce, selon une approche globale qui tient compte de la légitimité des revendications soulevées et du contexte global de la situation des habitants des camps d’Al-Wahda dans cette région.

Election du Bureau provincial de la Jeunesse Harakie à El Jadida
Appel à une mobilisation permanent pour faire entendre la voie des jeunes dans la société

La Maison des Jeunes « Homman Al-Fatouaqui » à  El Jadida a abrité, dimanche dernier, l’Assemblée Générale constitutive de la Jeunesse Harakie dans la province. M. Imad Abdelghani a ouvert cette Assemblée générale constitutive en souhaitant la bienvenue aux participants, en particulier les jeunes harakis et les  femmes harakies, soulignant que ces dernières n’ont cessé d’appuyer, de soutenir et d’accompagner les jeunes avec lesquels elles partagent les mêmes préoccupations et objectifs.

M. Abdelghani a, par ailleurs, adressé ses remerciements aux membres du Bureau exécutif de la Jeunesse Harakie en la personne de M. Hicham Fikri, ainsi qu’à Mme Khadija Lamrabet, membre du Conseil nationale et du Bureau exécutif de l’Association des Femmes Harakies.

Pour sa part, Mme Lamrabet a félicité, dans son intervention, les jeunes harakis à l'occasion de cette fête politique, à savoir la création du Bureau provincial de l’organisation de la Jeunesse Harakie à El Jadida, qui constitue l'une des étapes organisationnelles et de restructuration pour lesquelles a opté le parti du Mouvement Populaire.

Dans son allocution, Mme Lamrabet a exhorté les jeunes, vu qu’ils représentent l'avenir du Maroc, à reconquérir la confiance dans l’action politique et l’activité partisane en particulier, précisant que chaque citoyen exerce la politique dans sa vie de manière indirecte à travers l’évocation des affaires publiques dans les lieux publics, appelant tout le monde à l'institutionnalisation du débat public à travers l’accès au champ politique qui contribue à l’encadrement des militants et ce, pour fermer la porte face aux créatures électoralistes corrompues, qui profitent du vide engendré par l'absence de cette catégorie, la plus consciente et la plus ambitieuse. Elle a conclu son allocution en soulignant que le parti du Mouvement Populaire a consacré aux jeunes un statut avancé et les appelle à s'engager dans l’action politique à travers son organisation la Jeunesse Harakie.

Après avoir adressé ses remerciements aux membres de la Commission préparatoire qui a veillé à la préparation de cette rencontre, M. Hicham Fikri a qualifié les jeunes de pilier essentiel pour l’impulsion du sentiment nationaliste et la prospérité sociale et économique, ajoutant que grâce à notre volonté et détermination, nous pourrions, nous les jeunes, parvenir au changement escompté et ce, à travers l’intégration du champ politique pour être en phase avec cette étape cruciale que nous avons la chance de vivre, à savoir la phase de la nouvelle constitution, sachant que nous n'étions pas chanceux de vivre l’épopée de la Marche Verte et de vivre auparavant la Révolution du Roi et du Peuple.

M. Fikri a souligné qu'il ne faudrait pas manquer cette occasion et a appelé les jeunes à relever le défi et à faire leurs preuves pour parvenir aux objectifs, à l’instar de nombreux cadres qui ont progressé dans les différents centres de formation politique au sein de l'institution de la forte organisation la Jeunes Harakie.

M. Fikri a rappelé que cette dernière organisation tire sa force, à l’instar des autres organisations, de sections et des provinces et non pas du centre, appelant les jeunes à s'engager dans une action sérieuse en vue de se préparer aux prochaines échéances électorales et choisir une élite capable d'assurer un avenir prospère au Maroc.

Après la présentation par les membres de la commission préparatoire de leur démission et l’ouverture de la voie aux candidatures pour pourvoir le poste de Secrétaire provincial de l'organisation de la Jeunesse Harakie, M. Imad Abdelghani a été élu à l'unanimité. La liste des membres du Bureau provincial qu’il a choisis a recueilli la même confiance.

Dans son intervention, M. Imad Abdelghani a remercié les participants pour la confiance qu'ils lui ont accordée et pour le soutien qu’ils lui ont apporté, exprimant le souhait que ce soutien se poursuivra à l’avenir, en vue d’œuvrer ensemble à jeter les bases d’une action politique sereine et visant o édifier un Maroc moderniste et renouvelé grâce aux ambitions de ses jeunes.

Lors de la session d’encadrement et de formation, organisée par le Mouvement Populaire en partenariat avec le Fonds de soutien de la représentation des femmes
Approbation de plusieurs recommandations visant à consolider la position des femmes au sein des conseils élus

La Province de Kénitra a abrité, samedi dernier, une session d’encadrement et de formation, organisée par le Mouvement Populaire en  partenariat avec le Fonds de soutien de la représentation des femmes sous le thème « Les femmes dans les conseils élus, un levier de la bonne gouvernance ».

Au début de cette manifestation et après lecture de versets du Saint Coran, Mme R’kia Zahnoun a souhaité la bienvenue aux femmes de la Province de Kénitra qui ont participé massivement quelles que soient leurs appartenances, soulignant que l'expérience a prouvé la réussite des femmes dans différents domaines de management et de gestion.

Pour sa part, Mme Fatna Lakhiel a présenté un bref aperçu sur le Fonds de soutien pour la promotion de la représentation des femmes dans les conseils élues, soulignant que la réussite de cette initiative est tributaire de la synergie des efforts des différents acteurs, toutes tendances politiques ou associatives, eu égard au fait que la femme marocaine est intelligente et active qu’elle a prouvé sa capacité à donner le meilleur d’elle même, et qu’il ne lui reste qu’à conquérir la scène politique qui a été, durant de longues décennies, la chasse gardée des hommes.

Pour sa part, M. Idriss Al-Arrafi a affirmé que la femme constitue la pierre angulaire de tout processus démocratique, citant le modèle français à titre d’illustration et ajoutant que la participation politique de la femme est le processus à entreprendre pour réaliser les objectifs sociaux et économiques. Il a indiqué à cet égard que la femme demeure toujours otage des exigences de l'homme et que les entraves et les problèmes dont elle souffre l’empêchent de réaliser les objectifs vers lesquels elle aspire.

D’autre part, la majorité des intervenantes ont souligné qu’il est temps d’adopter l’action de terrain et de faire parvenir la voix de la femme aux différentes régions du Royaume, aux villages et douars éloignés, dans les plaines et les montagnes

Ce débat serein et alimenté par des témoignages a permis à la Commission des rapporteurs de synthétiser les recommandations suivantes :

1 – Mettre en place les mécanismes et les outils stipulés par les dispositions de l’article 19 de la Constitution ;

2 – Institution de la démocratie au sein des partis politiques et des associations en vue de rendre justice à la femme ;

3 – Maintien du quota en tant que choix graduel ;

4 – Mettre l’accent sur la politique de proximité en tant que mécanisme pour rehausser la représentation des femmes au niveau des conseils élus ;

5 – Mettre l'accent sur l'éducation et la formation comme moyen essentiel pour améliorer et consolider la participation des femmes dans le domaine politique ;

6 – Consolidation des acquis, en mettant l'accent sur la nécessité de la synergie des efforts des acteurs politiques, associatifs, éducatifs, etc. ;

7 – Intensification des rencontres de communication en présence de la société civile ;

8 – Intégration du parcours d’une conseillère et d’un modèle de réussite dans le programme des prochaines rencontres et sessions de formation ;

9 – Consécration d'un soutien spécial aux partis politiques qui présentent le plus grand nombre de candidatures féminines et aux collectivités territoriales dirigées par des femmes ;

10 – Soutenir de l'élément humain à travers le fonds de soutien ;

11 – Intégration du Forum des femmes parlementaires et conseillères en tant que l’un des mécanismes du Fonds de soutien ;

12 – Organisation des visites de terrain pour s’enquérir de la réussite des femmes et le niveau de leur bénéfice du Fonds de soutien ;

13 – Aider la catégorie marginalisée de la population.