Le Mouvement Populaire organise, ce samedi à Khemisset, un séminaire sur les réformes constitutionnelles sous le thème « Tous en faveur de réformes constitutionnelles pour un avenir meilleur ».

Des activités intensives du Mouvement Populaire pour expliquer sa vision des réformes constitutionnellesLe programme de cette manifestation, à laquelle prendront part des acteurs locaux des deux régions de Rabat- Salé-Zemmour-Zaïr et du Gharb-Chrarda-Bni Hssen, sera marqué par la présentation d’exposés sur :

– « Les réformes constitutionnelles du point de vue du Mouvement Populaire », présenté par M. Mohamed Serghini, membre du Bureau Politique et Président de la Commission des Réformes Constitutionnelles et Politiques ;

– « L’avenir de la régionalisation dans le cadre des réformes constitutionnelles », présenté par M. Mustapha Slalou, Professeur universitaire et membre de la Commission des Réformes Constitutionnelles et Politiques.

Programme préliminaire de présence du Mouvement Populaire dans les médias publics

– M. Mohand Laenser, Secrétaire Général du Mouvement Populaire, invité du journal télévisé arabophone sur la 1ère chaîne de télévision : le mardi 12 avril à 21H00 ;

– M. Addi Sbaîi, membre du Bureau Politique, invité de l’émission « Annas Wa Doustour » (Les gens et la Constitution) diffusée sur la chaîne de télévision 2M : le dimanche 10 avril à 21H15 ;

– M. Lahcen Sekkouri, membre du Conseil National, invité du journal télévisé francophone sur la 1ère chaîne de télévision : mardi 12 avril à 19H45.

Mme Halima Assali : le quota est un don royal qui ne devrait pas être indéfiniment monopolisé par des noms limités

Extraits du quotidien « Akhbar Al-Yaoum »

Mme Halima Assali, députée parlementaire du parti du Mouvement Populaire, a été à l’origine d’un débat houleux au sein du Parlement, après avoir appelé à restreindre à deux mandats législatifs au maximum le recours au système du quota s’agissant de la liste nationale réservée aux femmes.

Dans ce sens, Mme Assali a affirmé que  le quota est un don royal aux femmes, qui ne devrait pas être indéfiniment monopolisé par des noms limité, ajoutant que toute députée parlementaire ne devrait bénéficier du système du quota que pendant deux mandats législatifs au maximum.

Mme Assali a indiqué que chaque députée parlementaire ayant bénéficié du système du quota dans le cadre de la liste nationale devrait présenter son bilan à la fin de chaque mandat, soulignant à cet égard que si son incapacité est avéré elle serait appelée à quitter pour ouvrir la voie à la participation d’autres femmes.

La députée parlementaire du Mouvement Populaire a souligné qu’il est inadmissible que certaines personnes monopolisent les têtes des listes nationales, plaidant à cet effet que ces personnes ne devraient pas bénéficier du système de quota pendant plus de deux mandats législatifs.

Cet appel a été à l’origine d’un débat houleux au sein du Parlement, en particulier dans les rangs de certaines députées parlementaires qui n’ont pas apprécié la proposition, estimant que l’action parlementaire est le résultat d’une accumulation et que la consolidation de l’expertise est le fruit d’un travail continuel.« 

Pour sa part la députée parlementaire du Mouvement Parlementaire leur a rétorqué que « celle qui souhaiterait poursuivre l’action parlementaires n’a qu’à descendre sur le terrain et vivre l’expérience des élections ».

M. Ouzzine s’entretient au Nigeria avec des représentants de « l’Association Nigeria pour un Maroc unifié »

Le Secrétaire d’Etat auprès du Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération, M. Mohamed Ouzzine, a eu des entretiens avec des représentants de « l’Association Nigeria pour un Maroc unifié » et ce, en marge d’une visite de travail au Nigeria.

Un communiqué du Secrétariat d’Etat aux Affaires Etrangères a indiqué que les représentants de cette association ont souligné, lors de cet entretien, leur attachement à défendre l’intégrité territoriale du Maroc, convaincus qu’ils sont de la justesse indéniable de la première question nationale du Royaume.

Les représentants de cette association ont également exprimé leur pleine disposition à sensibiliser les Nigérians sur la réalité de la question du Sahara que certaines parties tentent de dévoyer de son essence historique et humanitaire, notant que le continent africain ne saurais plus tolérer les mouvements de sécession et qu’il a besoin de toutes ses potentialités constructives et sérieuses, surtout dans un contexte où les groupements économiques constituent l’ultime recours pour ériger des forces capables de répondre aux aspirations légitimes des peuples pour davantage de dignité, de prospérité, de liberté et de développement.

Par ailleurs, les représentants de cette association ont salué la teneur du Discours Royal du 9 mars qu’ils ont qualifié de « très audacieux » et qui consacre, selon eux, l’exception et la singularité du Maroc s’agissant de l’édification du Maroc de l’avenir, félicitant le peuple marocain et Sa Majesté le Roi pour « la révolution tranquille » qu’enregistre le Royaume.

Il est à signaler que « l’Association Nigeria pour un Maroc unifié » a été créée en 2010 dans la capitale nigériane Abuja, suite à la scission de l’organisation syndicale « L.C.N » après l’accueil réservé à des membres des séparatistes du « polisario », ce qui a été à l’origine de l’ire de certains responsables de cette organisation.

Il est à noter que M. Ouzzine a conduit la délégation marocaine qui a pris part à la 4ème conférence mixe des ministres africains des Finances, de la Planification et du Développement Economique, qui s’est tenue les 28 et 29 mars à Addis-Abeba, avant de se rendre en visite de travail à Abuja, capitale du Nigeria.

M. Laenser, invité ce mercredi de l’émission « un dossier à débattre »

M. Mohand Laenser, Secrétaire Général du parti du Mouvement Populaire, sera l’invité de l’émission « un dossier à débattre », consacrée aux propositions de révisions constitutionnelles et qui sera diffusée en direct ce mercredi à 21H20, des studios de Medi1-TV.

Prendront part également à ce débat M. Nabil Benabdellah, Secrétaire Général du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) et M. Hakim Benchemass du Parti Authenticité et Modernité (PAM).