Proposition après-demain d’une « vision arabe » devant le Conseil de Sécurité des Nations Unies pour trouver une solution politique à la crise libyenne

Le Secrétaire Général de la Ligue des Etats arabes, M. Amr Moussa, a annoncé que la Ligue proposera une nouvelle « vision arabe » pour trouver une solution politique à la crise libyenne au cours de la réunion du Conseil de Sécurité des Nations Unies, prévue demain mercredi et qui sera dédiée à une évaluation globale du niveau de mise en œuvre de la résolution 1973 relative à l’imposition d’une zone d’interdiction de vol dans l’espace aérien libyen.

Dans des déclarations à la presse hier au Caire, M. Moussa a indiqué que la vision arabe à l’égard de la crise libyenne est basée sur la préservation de la souveraineté de ce pays, faire face à sa division, agir rapidement pour trouver une solution politique à la crise, l’instauration d’un cessez-le-feu total sous un contrôle international efficace en échange de l’arrêt de toutes les actions militaires et le lancement du processus d’une phase transitoire.

M. Moussa a précisé que toutes ces mesures représentent les éléments d’une solution politique qui sera soumise au Conseil de Sécurité lors de sa prochaine réunion.

En réponse à une question sur les perspectives politiques d’une résolution de la crise libyenne à la lumière de l’inertie de la position militaire, le Secrétaire Général de la Ligue arabe a affirmé qu’il existe toujours une perspective d’une solution politique dans toutes les crises, soulignant que le plus important demeure de se mettre d’accord sur cette solution entre les organisations régionales et internationales concernées par la crise libyenne (les Nations Unies, l’Union Africaine, la Ligue arabe, l’Union Européenne et l’Organisation de la Conférence islamique).

Par, M. Moussa a reconnu l’existence de beaucoup de difficultés à résoudre la crise politique libyenne, affirmant toutefois que « ces difficultés ne devraient pas nous dissuader d’insister sur la recherche d’une solution politique à cette crise plutôt que des solutions militaires ».

Lors de la réunion du Bureau Politique du Mouvement Populaire
– Satisfaction du climat de concertation sur la révision constitutionnelle
– Expression de l’accord de principe avec l’approche unioniste avec les composantes de la grande famille harakie

Le Bureau Politique du Mouvement Populaire a tenu, vendredi dernier, une réunion présidée par M. Mohand Laenser, Secrétaire Général du Parti.

Au début de cette réunion, M. Laenser a présenté un exposé sur la dernière réunion du mécanisme politique de suivi et de concertation sur la révision constitutionnelle, lors de laquelle les dirigeants et les représentants des instances politiques et syndicales ont été informés sur les traits essentiels de l’avant-projet de la constitution révisée.

Dans ce sens, les membres du Bureau Politique ont exprimé leur satisfaction des circonstances qui ont marqué ce processus consultatif relatif à un document contractuel dont dépendra l’évolution à l’avenir de la vie publique dans notre pays, et qui sont à même d’assurer davantage de démocratisation, de liberté, de bonne gouvernance et de clarté du paysage politique.

Par ailleurs, les membres du Bureau Politique ont salué les Hautes Orientations Royales, qui ont reflété la volonté de Sa Majesté le Roi Mohammed VI d’associer toutes les composantes de la société dans le suivi et l’accompagnement de l’évolution de l’ensemble des phases des travaux de la commission en charge de la révision constitutionnelle.

D’autre part, en relation avec les prochaines échéances électorales, le Bureau Politique a abordé la question des alliances, fondées sur des références communes et des programmes convergents.

Dans ce cadre, il a été convenu en principe d’adopter une approche visant à concrétiser la polarisation politique à travers la mise en place d’une union avec les composantes de la grande famille harakie et ce, dans l’attente de la décision des instances habilitées de Parti, conformément aux dispositions des statuts du Mouvement Populaire.

En reconnaissance de la position de la femme harakie
Les militants harakis de la Province de Taounate élisent Mme Latifa Tricha, Secrétaire Provinciale du Parti

Les militantes et les militants harakis de la Province de Taounate ont élu Mme Latifa Tricha, Secrétaire Provinciale du Parti, adressant ainsi un message fort à toutes les parties prenantes, consistant en le fait que le parti du Mouvement Populaire joint l’acte à la parole quand il appelle à l’implication des femmes dans la vie politique, car il est foncièrement convaincu, depuis sa création, que le progrès du pays ne saurait se réaliser sans une présence forte des femmes dans les institutions élues, dans les postes de direction et au sein des partis politiques.

La présence d’une proportion importante des femmes dans les rangs du Parti tout au long de son parcours politique vient également confirmer cette conviction harakie ancrée en le rôle vital des femmes dans la société. En effet, le projet sociétal haraki est un projet national foncièrement authentique, qui a acquis sa forte immunité grâce à la résistance qu’il a opposé aux courants idélogiques et aux orientations politiques qui ont tenté de gommer la spécificité des valeurs nationales et d’imposer des valeurs étranges à la société marocaine qui ne tiennent pas compte de la relation de complémentarité entre les femmes et les hommes dans le tissu social marocain.

Le Mouvement Populaire, lorsqu’il a choisi Mme Halima Warzazi d’être la première femme candidate aux élections législatives de 1963 et lorsqu’il a impliqué d’autres femmes dans ses structures organisationnelles, ne tenait pas en estime « la prédominance de la mentalité masculine » et jugeait que cet argument ne justifiait nullement l’exclusion des femmes, car le Mouvement Populaire, issu de la matrice de la résistance et l’Armée de libération, n’a cessé d’apprécier le rôle joué par la femme marocaine, en sa qualité de résistance à côte de l’homme, dans la défaite du colonialisme et dans l’édification de l’Etat après l’indépendance.

Une fois de plus, le Mouvement Populaire réaffirme sa fidélité à la position de la femme et de sa fierté des rôles d’avant-garde qu’elle a assumés dans la société, militant ainsi en faveur du principe de l’égalité et mettant en œuvre l’approche genre et ce, en défiant les prétextes invoqués par certains pour confiner les femmes dans les dernières rangées ou, dans le meilleur des cas, instrumentaliser la participation des femmes comme un slogan.

Ainsi, les militants harakis dans la Province de Taounate ont confirmé que le caractère rural de leur zone n’empêche pas les femmes d’assumer la responsabilité de la direction provinciale d’un parti de la trempe du Mouvement Populaire.

Participation de Mme Loubna Amhir au Forum libéral ibérique

Mme Loubna Amhir, membre du Bureau exécutif de la Jeunesse Harakie, prendra part aux travaux du Forum libéral ibérique, qui se tiendra dans la capitale portugaise Lisbonne, les 10 et 11 juin courant.

Mme Amhir contribuera à l’animation de l’atelier sur « La décentralisation et le transfert des pouvoirs », et exposera également les grandes lignes du projet marocain relatif à la régionalisation avancée.

Le Mécanisme politique de suivi et de concertation sur la réforme constitutionnelle examine les principes et les orientations essentielles du projet de Constitution

Le Mécanisme politique de suivi et de concertation sur la réforme constitutionnelle a tenu, mardi dernier au Cabinet royal, deux séances (matinée et après-midi), au cours desquelles le Pr. Abdellatif Mennouni, Président de la Commission consultative de la réforme constitutionnelle, a présenté un exposé sur les principes et les orientations essentielles du projet de constitution, élaboré par la Commission à la lumière du Discours Royal du 9 mars dernier, des mémorandums pertinents de l’ensemble des instances nationales politiques, syndicales, associatives et de jeunes, ainsi que des efforts constructifs des membres de la commission consultative.