Mme Khadija Barakat en visite à Tripoli pour prendre part à la conférence historique sur les immigrés africains en Europe

Le forum général des Organisations non gouvernementales arabes et africaines organise la conférence historique des immigrés africains en Europe, du 15 au 17 janvier courant à Tripoli, avec la participation de Mme Khadija Barakat, membre de la Commission exécutive du Forum et présidente de sa section au Maroc.

Cette conférence vise à débattre des mécanismes à même d’assurer l’organisation des immigrés africains en Europe, en appelant à la formation et à la création d’une union mondiale des immigrés africains qui leur offrira le cadre juridique pour défendre leurs intérêts.

Tenue du Conseil National du Mouvement Populaire, entre la réalité et les attentes…
Quelles décisions pour s’approprier les mécanismes et les conditions permettant au Mouvement Populaire de relever les enjeux actuels ?

Demain, le Conseil National du Mouvement Populaire poursuivra sa session complémentaire ouverte, après avoir dédié sa réunion précédente aux répercussions des évènements de Laâyoune et à leurs conséquences, ce qui a empêché de débattre des questions internes et nationales qui étaient inscrites à l’ordre du jour. En effet, les militantes et les militants du Mouvement Populaire, membres du Conseil National, ont considéré que les évènements qu’ont connus nos provinces du Sud transcendaient toutes autres considérations ou préoccupations, décidant ainsi de maintenir ouverte cette session et d’ajourner l’examen des questions inscrites à l’ordre du jour à la seconde partie de cette session.

Demain, les regards des militantes et les militants harakis convergeront vers cette rencontre politique au niveau d’un organe politique auquel ont assigné les statuts du Mouvement Populaire le pouvoir de suivi, de délibération, de reddition des comptes, d’édiction des décisions organisationnelles et politiques et de suivi de leur mise en œuvre.

Tout le monde est impatient de découvrir la qualité et le contenu du débat, la réalité de la franchise, l’expression de la responsabilité, ainsi que les actions et l’agenda d’exécution qui échoira au Bureau Politique au cours de la période restante. C’est ce qu’exprimeront sans doute les membres du Conseil National lors de leurs délibérations, fidèles à leur sens politique et à leur responsabilité de militants et conscients du caractère critique de la conjoncture et du climat politique, social et économique durant lequel est tenue cette session.

Ce qui incité à rehausser davantage le niveau de mobilisation du Mouvement Populaire et à le rendre capable d’interagir avec les questions actuelles nationales, régionales et internationales et de s’approprier les atouts d’implication dans les chantiers en cours et mettre en exergue son rôle lors de l’étape que traverse notre pays.

Le Conseil National se réunit alors que le paysage politique national est traversé par des contradictions et des confusions et se meut sans feuille de route ou orientation rationnelle, qui soient basées sur des idées et des aspirations structurelles qui prennent en compte les données et les analyses, définissent des objectifs et tracent des plans d’action pour la réalisation d’objectifs politiques qui éloignerait le Maroc de l’ambigüité de l’improvisation et des petits intérêts personnels. Le Conseil National tient sa session également alors que le paysage politique est animé par des spectres politiques dénués de toute cohésion ou convergence avec les préoccupations et les souhaits du peuple, exclu des décisions prises par ses représentants durant les périodes séparant les élections.

Cette rencontre se tient alors que le paysage politique enregistre ce qu’appellent certains des alliances contre-natures sur le plan des principes et des visions, traduisant l’absence de vision, l’anarchie, le déficit de confiance mutuelle entre les composantes politiques, la violation des accords du jour au lendemain ; un paysage politique qui ne rassure pas le citoyen, mais au contraire renforce sa désaffection, approfondit son amertume, aggrave son indifférence et ébranle sa confiance. En effet, la majorité des partis et des associations s’activent dans des sphères presque fermées, en recourant à des mécanismes et des moyens anachroniques, souvent fondés sur l’exclusion, l’oppression et l’enfermement sur soi.

Le Conseil National du Mouvement Populaire alors que s’intensifient les défis intérieurs et étrangers, amplifiés par des porte-voix médiatiques étrangers épousant les thèses des séparatistes et dont ils sont à la solde, et alors que se ramifient et se diversifient les complots des adversaires de l’intégrité territoriale, étendant leur emprise sur plusieurs foras internationaux en usant de slogans bien choisis ; chose que nous avons échoué à maîtriser.

Les défis intérieurs résident dans la propagation des différentes formes de délinquance et de crime, d’extension de la pauvreté, de la recrudescence des manifestations de mépris des fondamentaux de la société, d’expansion de la corruption dans la vie économique, sociale et politique, comme en témoigne notamment l’échec enregistré au niveau de la gestion des institutions élues, locales, provinciales et nationales, ainsi que l’échec de ces institutions à être au service des populations.

Cette rencontre intervient alors que notre pays est continuellement visé, en vue de le déstabiliser et de raviver les tensions entre ses composantes, comme le démontrent les jugements successifs des cellules terroristes, certes différentes en termes d’effectifs et de qualité, mais ayant toutes le même objectif, à savoir viser le Maroc et le détourner de ses chantiers et de son ouverture.

Ce qui est attendu des militantes et militants harakis, membres du Conseil National, c’est d’examiner les dossiers organisationnels et les résolutions du Congrès National, dont certaines ou la majorité seraient encore en stand-by, attendant d’être activées sur le plan de la structuration administrative et politique, en vue de renforcer la présence harakie dans les provinces et les régions, de donner le coup d’envoi du renouvellement et de l’ouverture de bureaux locaux, provinciaux et régionaux, d’élaborer un plan de rencontre et de communication avec les militants harakis pour être à l’écoute de leurs préoccupations et de redynamiser les instances et les associations parallèles, d’autant plus que notre pays est à la veille des élections législatives de 2012, que les indicateurs convergent à affirmer qu’elles constituerait un tournant, préparé à pied d’œuvre à travers la transhumance politique, la réarrangement des cartes et le tracé de la carte politique. Ce qui a poussé les acteurs à s’interroger sur les répercussions de ces actes sur le sort des partis.

Récipiendaire d’une forte charge historique et se proclamant d’un référentiel nationaliste, le Mouvement Populaire devrait réfléchir aux moyens de préserver sa force intrinsèque et de ne compter que sur ses propres potentialités.

Le Conseil National est appelé à procéder à une analyse attentive des donnes, à la prise de mesures et à l’institution d’instances, tout en mettant l’accent durant les débats sur les intérêts vitaux du Mouvement Populaire, au lieu de soulever des sujets qui n’ont aucune relations avec ces intérêts.

Ce qui est attendu est que le Conseil National émet ses avis sur le code électoral, le mode de scrutin, le seuil, le découpage électoral, la problématique des listes électorales et l’instance devant veiller à l’intégrité des élections.

Le Conseil National est appelé à faire preuve de franchise, de réalisme et de courage dans ses décisions, s’agissant aussi bien des questions nationales que des questions concernant l’organisation partisane, tout en veillant à consacrer les convictions des militants.

Enfin, cette rencontre intervient alors que le Maroc est engagé dans la bataille de la dignité, la bataille de l’édification, la bataille du développement et du redressement des déficits, à travers les grands chantiers initiés par Sa Majesté le Roi dans les différentes régions du Royaume, qui ont poussé les adversaires du voisinage régional et international à en mesurer les effets sur la région.

En parallèle, le Maroc mène également une lutte sur le front de la résolution de la question de son intégrité territoriale, à travers la persuasion de la communauté internationale de la pertinence de l’initiative d’autonomie dans le cadre d’une régionalisation élargie sous la souveraineté nationale et selon les normes convenues sur le plan mondial.

M. Mohand élément représente Sa Majesté le Roi aux festivités marquant le cinquantième anniversaire de l’indépendance de la République du Tchad

Le Ministre d’Etat, M. Mohand Laenser, représente Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, aux festivités marquant le cinquantième anniversaire de l’indépendance de la République du Tchad.

Le communiqué publié à cet effet par le Ministère d’Etat indique que «  sur Hautes instructions de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, le Ministre d’Etat, M. Mohand Laenser, représente Sa Majesté le Roi, depuis le 10 janvier 2011, aux festivités marquant le cinquantième anniversaire de l’indépendance de la République du Tchad ».

En présence de plus de 300 jeunes garçons et filles et la présentation de passages artistiques de haute facture
L’Organisation du Scout Populaire donne le coup d’envoi de la saison éducative du scoutisme à Azrou

Une délégation du Commandement Général de l’Organisation du Scout Populaire a supervisé, le week-end dernier, l’annonce du coup d’envoi de la saison éducative du scoutisme 2011 à la ville d’Azrou.

Dans une allocution prononcée à cette occasion, Le Général Mohamed Aït Belhaj, membre du Commandement Général de l’Organisation du Scout Populaire et le Commissaire national de la région Meknès-Tafilalet-Fès-Boulemane,

La Commission de l’Information et de la Communication, issue du Bureau Politique, examine la stratégie à même de promouvoir la presse harakie

La Commission de l’Information et de la Communication, issue du Bureau Politique, a examiné, mercredi dernier, au siège du Secrétariat Général du Mouvement Populaire à Rabat, lors d’une réunion conduite par M. Idriss Mroun, Président de la commission, la stratégique à même de promouvoir la presse harakie.

Le Président de la Commission de l’Information et de la Communication a souligné que les militantes et militants harakis sont préoccupés à l’heure actuelle par la traduction de la volonté harakie de développer leur presse, afin qu’elle soit à la hauteur des défis à venir.

M. Mroun a affirmé que « nous devons rechercher les moyens efficaces et mettre en place les ressources humaines et matérielles nécessaires, qui nous permettraient de promouvoir notre presse et de la rendre plus proche des différentes composantes de la société ».

Pour leur part, les autres intervenants ont insisté sur la nécessité de rechercher des mécanismes efficaces pour la promotion de la presse harakie pour qu’elle soit à la hauteur des aspirations des militantes et militants harakis.

Reconnaissant que la presse partisane est généralement confrontée à des difficultés qui entravent son essor et qu’elle a accusé une régression notable de son lectorat, ces intervenants ont toutefois précisé que nombreux sont les journaux partisans qui ont résisté, dont notamment le quotidien « Al-Haraka », dont l’expérience constitue une histoire en soi.

Ces intervenants ont ajouté que les enjeux et les défis à venir requièrent de l’ensemble des militantes et militants harakis de redoubler d’efforts et d’œuvrer au développement de leur presse, soit à travers la contribution des cadres par leurs opinions, soit à travers des abonnements qui sont de nature à élargir la sphère de rayonnement de cette sphère.

Enfin, intervenants lors de cette rencontre, à laquelle ont pris part de nombreux membres de la Commission, ont réitéré leur appel à tous les militantes et militants harakis dans les différentes régions du Royaume pour se réconcilier avec leur presse et lui rendre justice.