« Le Maroc d’après la nouvelle constitution … les questions d’actualité et les enjeux de l’avenir »
Axe de la journée d’étude organisée à Rabat par le Mouvement Populaire dans le cadre de l’Université Populaire

Le thème « Le Maroc d’après la nouvelle constitution … les questions d’actualité et les enjeux de l'avenir » a constitué l’axe de la journée d'étude organisée, samedi dernier à Rabat, par le parti du Mouvement Populaire, en coordination avec l'Université Populaire et avec la participation de représentants de partis politiques de la majorité et de l'opposition.

Cette rencontre vise à jeter la lumière sur la phase d’près l'adoption de la constitution du 1er juillet et sur les mesures requises pour donner corps aux dispositions de cette constitution et élaborer les lois organiques.

Selon la plateforme de cette rencontre, cette journée d'étude a été l'occasion de présenter les visions qu’ont les partis politiques au sujet des exigences relatives au chantier de mise en application du contenu de la nouvelle constitution et de s’arrêter sur les points de convergence et de divergence, partant du fait que la réforme constitutionnelle n'est pas une fin en soi, beaucoup plus qu’elle ne représente une référence juridique qui requiert d’assurer des conditions à même de restaurer la confiance des citoyens et de créer une atmosphère d'optimisme par rapport au présent et à l'avenir de l’édifice démocratique.

En marge des travaux de la 29ème session du Conseil des ministres arabes de l’Intérieur
M. Laenser examine avec les ministres jordanien et qatari de l’Intérieur les moyens de renforcer la coopération bilatérale en matière de sécurité

En marge des travaux de la 29ème session du Conseil des ministres arabes de l'Intérieur, qui ont débuté mercredi dernier dans la ville Hammamet en Tunisie, le Ministre de l’Intérieur, M. Mohand Laenser, qui préside la délégation marocaine à cette réunion, s’est entretenu séparément avec les ministres de l'Intérieur de la Jordanie et du Qatar, respectivement MM. Mohamed Raoud et Cheikh Abdellah Ben Nasser Ben Khalifa Al-Thani.

Lors de ces deux entretiens, auxquels ont pris part l'Ambassadeur du Maroc en Tunisie, le Wali Directeur des Affaires Intérieures et le Gouverneur Directeur de la Coopération internationale au Ministère de l'Intérieur, ont été examinés les moyens de développer les relations de coopération et de coordination entre le Maroc, d’une part, et la Jordanie et le Qatar, d’autre part, et ce, notamment dans le domaine de la sécurité et les domaines de compétence du ministère de l'Intérieur.

Le Conseil de gouvernement se réunit ce jeudi

Le Conseil de gouvernement se réunit ce jeudi, sous la direction du Chef de gouvernement, M. Abdelilah Benkirane.

Un communiqué de la Présidence du gouvernement, publié mercredi dernier, a précisé que le Conseil de gouvernement suivra, au début de ses travaux, un exposé du ministre du Tourisme sur « le secteur touristique … enjeux et perspectives », suivi d’un exposé du Ministre Délégué auprès du Chef de gouvernement chargé de la Fonction publique et de la Modernisation de l’administration portant sur la stratégie de modernisation de l’administration et le programme d’action du Ministère de la Fonction publique et de la Modernisation de l’administration.

Le communiqué a ajouté que le Conseil de gouvernement examinera également un projet de loi portant sur la définition des conditions d'emploi et d’embauchage relatives aux employés domestiques, avant d’examiner le projet de décret relatif aux diplômes requis pour intégrer les différents grades institués en vertu des statuts.

Vers la fin de ses travaux, le Conseil de gouvernement deux conventions internationales. La première convention concerne l’accord relatif à la création de l'Académie internationale de lutte contre la corruption, en tant qu'organisation internationale, signé à Vienne le 2 septembre 2010, et sera accompagnée d’un projet de loi portant approbation de cet accord. Le second accord a trait à la convention arabe pour la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme, signée au Caire le 21 décembre 2010, et sera accompagnée d’un projet de loi portant approbation de cette convention.

MM. Haddad et Rabbah conviennent de l’élaboration d’un plan d’action pour la promotion du secteur touristique national

Le ministre de l'Equipement et des Transports, M. Aziz Rabbah, et le ministre du Tourisme, M. Lahcen Haddad, ont convenu, lors d'une réunion qu’ils ont tenue récemment à Rabat, sur la formation d'un groupe de travail conjoint entre les deux départements ayant pour mission d’élaborer un plan d’action de court et moyen terme pour la promotion du secteur touristique national, eu égard qu’il représente l’un des secteurs vitaux en matière de création de postes d’emploi et d’attraction des investissements étrangers.

Un communiqué conjoint, rendu public lundi dernier, a indiqué que les deux ministres ont exprimé, au cours de leur réunion, leur volonté de travailler ensemble pour instituer un partenariat efficace et distinguée en vue de la modernisation des deux secteurs et de les habiliter à accompagner la conjoncture économique et financière mondiale difficile, surtout en Europe qui le pourvoyeur de 80% des touristes étrangers en visite au Maroc.

La Conférence ministérielle régionale sur la sécurité aux frontières clôture ses travaux par l’adoption du « Plan d’action de Tripoli »
Le Maroc abritera la deuxième édition de cette conférence vers la fin de l’année courante

La Conférence ministérielle régionale sur la sécurité aux frontières a clôturé ses travaux, lundi dernier dans la capitale libyenne, par l'adoption du « Plan d'action de Tripoli », qui définit les mesures et les initiatives opérationnelles et juridiques approuvées par les pays participants et qui sont de nature à permettre à ces pays de relever les défis sécuritaires communs auxquels ils font face.

Le plan d'action, dont les grands traits ont été exposés par le Président du gouvernement libyen de transition, M. Abderrahim Al-Kib, a souligné la nécessité de renforcer la coopération bilatérale et régionale dans le domaine de la sécurité aux frontières, indiquant que ce domaine, quoiqu’il est lié à la souveraineté nationale et les responsabilités de chacun des pays, revêt toutefois un caractère transnational au regard des nombreuses et principales causes sociales et économiques à l’origine de la prolifération des activités criminelles et illégales, qui affectent la sécurité et la stabilité des pays participant à la conférence.

Le plan d’action a mis l’accent sur la nécessité de promouvoir le concept des « frontières sécurisées » d'une manière intégrée et coordonnée, à travers l’examen de la possibilité d'établir un comité d'experts et de spécialistes en vue d'échanger les points de vue dans le domaine de la sécurisation des frontières sur les plans bilatéral et régional ; lequel comité se réunira de manière régulière.

Le plan d’action stipule également l’organisation de sessions de formation et de qualification communes au profit d’éléments des Etats de la région et ce, au niveau des centres de formation locaux, régionaux et internationaux, ainsi qu’au niveau des Etats et des organisations qui souhaiteraient apporter leurs contributions dans ce domaine.

Le plan d'action stipule aussi l'adoption d'une stratégie commune pour renforcer la coopération dans les domaines juridique et judiciaire et de la mise en place d’un mécanisme pour assurer le suivi des transactions financières liées à des menaces frontalières, tout en mettant l'accent sur la nécessité d’adopter une approche globale pour traiter les problèmes de l'immigration clandestine et consacrer le principe de la responsabilité partagée entre les pays d’origine, les pays de transit et les pays d'accueil.

En vue d’assurer davantage d’efficacité à l’action commune des pays participant à la conférence, le plan d’action a défini des mesures ponctuelles et d’autres mesures à moyen et long terme, portant sur les domaines de l'analyse des risques et des menaces régionales transnationales, la sécurité et la gestion des frontières, l'immigration clandestine, la lutte contre le terrorisme, l'application des lois et la réduction de la propagation des armes.

Parmi les mesures proposées par le plan d’action figurent l’institution d’un mécanisme pour l'échange d'informations régionales sur l’ensemble des menaces, la réalisation d’une analyse globale des risques d'insécurité et des causes profondes de l'immigration clandestine et la fourniture d’une assistance sociale et économique efficace transrégionale avec le soutien de l'Organisation des Nations Unies, les donateurs régionaux et d’autres partenaires.
Les mesures convenues dans le cadre du plan d’action portent également sur la mise en place de services pour l'échange d'informations électroniques sur le crime organisé, le terrorisme et son financement et le blanchiment d'argent, le développement de systèmes électroniques de contrôle des frontières et d'échange d'informations sur les réseaux criminels, en général, et les réseaux de trafic des immigrants clandestins et de trafic des armes et des drogues en particulier, l’organisation de patrouilles conjointes pour la surveillance et la sécurisation des frontières terrestres et maritimes et l'adoption d’une approche de développement dans le cadre de partenariats locaux et internationaux afin de juguler l'immigration clandestine.

Il est à signaler qu’il a été convenu, lors de la séance de clôture de la conférence, que le Maroc abritera la deuxième édition de cette conférence régionale et ce, vers la fin de l’année courante.

Il est à rappeler aussi que le Maroc a participé à cette conférence par une délégation comprenant le ministre de l'Intérieur, M. Mohand Laenser, le Ministre Délégué auprès du Chef de gouvernement en charge de l’Administration de la Défense nationale, M. Abdellatif Loudiyi, l'Ambassadeur du Maroc en Libye, Moulay Mehdi Alaoui, et à leurs côtés un groupe de cadres et d’experts sécuritaires et militaires.