La finalisation des mesures de recrutement des cadres supérieurs en chômage à partir du 1er mars prochain

La Coordination nationale des docteurs en chômage au Maroc a souligné son engagement à respecter la date du 1er mars prochain pour finaliser les mesures opérationnelles relatives au recrutement des cadres supérieurs en chômage.

La Fédération Populaire de la Santé appelle à la relance du projet de la Fondation Hassan II pour les œuvres sociales
Elle rejette tout marchandage sur le principe de consécration de 2 % de la masse salariale du secteur pour le financement de la Fondation

La Fédération Populaire de la Santé, affiliée au Syndicat Populaire des Salariés, a estimé que le contenu du projet de loi portant création et organisation de la Fondation Hassan II pour les œuvres sociales au profit du personnel du secteur de la Santé ne répond pas aux aspirations et aux espoirs des employés de ce secteur.

Lors d’une réunion qui s’est tenue mercredi dernier à Rabat, les personnes lésées ont noté l’absence de toute volonté réelle et sérieuse des responsables chargés de ce secteur de donner corps au projet de création de la fondation des œuvres sociales, sous un format qui traduirait leurs aspirations réelles et légitimes dans le domaine social.

Les protestataires ont rejeté les marchandages des responsables sur le principe de consécration de 2% de la masse salariale allouée à ce secteur pour le financement de la Fondation, affirmant qu’il est absolument irraisonnable et inacceptable que les responsables actuels dans le secteur de la santé s’adonnent à des marchandages sur le principe de consécration de 2% de la masse salariale pour le financement d’une fondation devant réaliser des projets et organiser des activités sociales, à l’instar de ce qui a été réalisé au profit des employés des autres secteurs.

Les protestataires ont également exprimé leur étonnement et leur mécontentement du budget alloué à ce projet, qui ne dépasse guère 6 millions de DH, qui devrait bénéficier à un effectif de plus de 57.000 professionnels, appelant les responsables à intervenir immédiatement pour lever l’injustice qui leur est infligée, à cause de leur privation d’une institution sociale efficace, qui contribuerait à la promotion de leur situation sociale et à la réalisation de leurs revendications les plus fondamentales.

Dans un entretien avec M. Mohamed Labied, Secrétaire Général du parti de l’Union constitutionnelle
Le Mouvement Populaire et de l’Union Constitutionnelle partagent les mêmes visions et positions à l’égard de nombreuses questions

M. Mohamed Labied, Secrétaire Général du parti de l’Union Constitutionnelle, a affirmé que l’exacerbation des conflits entre certains partis politiques constitue une phase transitoire importante.

Dans un entretien exclusif avec le quotidien « Al-Haraka », M. Labied a indiqué que les partis nationaux se sont inscrits dans une phase de polarité, révélant ainsi une maturité de la scène politique nationale. M. Labied a ajouté que  des frictions pourraient survenir, en cours de chemin, entre des parties ayant des programmes, des visions et des référents différents, dans le but de parvenir à cette fin. M. Labied a souligné que la nature des rapports entre ces parties ne relève pas du registre de l’hostilité et du conflit, beaucoup plus qu’elle ne relève du registre de la compétition intellectuelle claire.

Lors d’une conférence organisée par la Commission des réformes politiques et institutionnelles issue du Bureau Politique du Mouvement Populaire
– Le mode de scrutin n’est qu’un mécanisme qui peut être inspiré des expériences d’autres pays démocratiques, sans pour autant cloner une expérience déterminée pour la transposer sur le mode de scrutin marocain
– Les acteurs politiques et les intervenants dans le processus électoral sont tenus d’instituer un mode de scrutin purement marocain, qui prenne en considération les spécificités du pays

Les intervenants lors de la conférence organisée par la Commission des réformes politiques et institutionnelles, issue du Bureau Politique du Mouvement Populaire, samedi dernier au siège central du Parti à Rabat, ont estimé que le mode de scrutin adopté est l’un des éléments de base du système électoral dans sa globalité.

Assez de querelles politiciennes… car les Marocains ont d’autres attentes !

Les querelles et les prises de langues entre certains partis politiques, qui se sont accentuées ces derniers jours, est une question qui n’est pas saine dans le champ politique actuel.

En effet, le peuple marocain attend des partis politiques qu’ils assument leurs responsabilités et élaborent des politiques et des approches aux problèmes majeurs qui concernent la vie quotidienne des gens, tels que la santé qui vit une grave crise, l’enseignement qui est connait de grandes mésaventures malgré le programme d’urgence, le chômage dont souffre les jeunes et le milieu rural et les quartiers marginaux qui croulent sous le poids de la pauvreté.