M. Hassad annonce la naisse du nombre d’élèves ayant abandonné l’école de plus de 50.000 élèves lors de cette année scolaire

M. Mohamed Hassad, ministre de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, a affirmé, mercredi dernier à Rabat, que le nombre d’élèves ayant abandonné l’école a enregistré, lors de cette année scolaire, une baisse de 50.639 élèves pour s’établir à près de 279.177, contre 329.618 élèves durant l’année 2015-2016,
Dans un exposé présenté lors des travaux de la 12ème session du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS) portant sur le plan d’action du ministère pour l’application de la réforme de l’éducation, M. Hassad a précisé que le taux d’abandon scolaire dans les rangs des filles demeure en hausse au niveau du primaire en comparaison avec celui des garçons.

M. Hassad a indiqué, toutefois, que le taux d’abandon scolaire est en baisse au niveau du cycle secondaire collégial, ajoutant que ce taux est à égalité chez les filles et les garçons au niveau du cycle secondaire qualifiant.
Le ministre a également précisé que le taux de redoublement le plus élevé, selon les niveaux scolaires, a été enregistré au niveau de la première année du primaire, de la 3ème année du collège et de la 2ème année du baccalauréat.
M. Hassad a indiqué, en outre, que par rapport aux cycles, le taux de redoublement le plus élevé a été enregistré au niveau du secondaire collégial, suivi du secondaire qualifiant, puis du primaire, soulignant que ce taux est plus bas dans les rangs des filles comparativement avec les garçons au niveau des trois cycles d’enseignement.
Le ministre a assuré qu’il sera procédé, lors de la prochaine rentrée scolaire, à la mise en place du cadre référentiel de l’éducation, puisque les élèves âgés de 5 ans et demi seront accueillis dans les établissements de l’enseignement public au niveau du primaire, tandis que les élèves du préscolaire (4-5 ans) y seront accueillis de manière progressive, pour atteindre un taux de scolarisation de 67% lors de l’année scolaire 2021-2022, dans la perspective d’une généralisation en 2027 et ce, conformément aux orientations de la Vision stratégique de l’enseignement.
M. Hassad a ajouté qu’il sera également procédé, lors de la prochaine rentrée scolaire, à l’amélioration de l’enseignement de la langue arabe et l’intégration de l’enseignement de la langue française en adoptant la démarche de l’enseignement orale au niveau de la première année de scolarité, ainsi qu’au développement de l’enseignement de cette langue au niveau de la 5ème et 6ème années du primaire et l’adoption de mesures à même de garantir des conditions d’apprentissage favorables à travers la réduction du nombre d’élèves en classe pour atteindre, au terme du plan d’action, 30 élèves par classe pour les deux premières années du primaire et à 34 élèves par classe pour les autres niveaux.
D’autre part, M. Hassad a souligné l’importance de se préparer à une révision des programmes et des orientations pédagogiques et des cadres de référence des examens, indiquant que les cursus scolaires n’ont pas été changés depuis 15 ans.
S’agissant des actions prises en relation avec le volet organisationnel, le ministre a souligné que les pouvoirs des Académies régionales d’éducation et de formation (AREF) ont été renforcés en matière de gestion des ressources humaines à travers la prise de nouvelles décisions portant sur la délégation des pouvoirs, la délégation de signature et le recrutement de staff enseignant et administratif par contrat, ainsi que la mise en œuvre des missions et rôles des organes de contrôle et d’inspection.
M. Hassad a estimé que la promotion des rôles des établissements d’enseignement demeure tributaire du ciblage de cinq composantes principales, à savoir les espaces, les équipements, le professeur, le staff éducatif, l’élève et la famille.
Concernant les établissements de l’enseignement supérieur, M. Hassad a souligné qu’il sera procédé, à partir de l’année universitaire prochaine, à la création d’un mécanisme de suivi des lauréats de chaque université à travers l’observation et l’évaluation des expériences actuelles dans les différentes universités afin de généraliser celles les plus réussies et à l’augmentation de 20% du nombre de nouveaux étudiants dans les établissements universitaire à l’accès limité.
Le ministre a indiqué qu’il sera procédé également à la mise en place et à l’application des critères de nature à garantir la transparence en matière d’accès aux cycles professionnels et aux cycle du master et doctorat, ainsi qu’à la révision de la décision de création des instituts supérieurs privés de l’enseignement supérieur.
Il est à signaler que le programme la 12ème session du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique s’articule notamment autour de la présentation de deux rapports thématiques qui ont été élaborés par l’Instance nationale d’évaluation. Le premier rapport porte sur les facultés pluridisciplinaires et le second sur le cycle du doctorat.

Partager sur Facebook