Lors de la cérémonie de remise des Prix Ibn Battouta de la littérature du voyage au titre des éditions de 2017 et 2018
El Aâraj : Le prix est une source de motivation pour les nouvelles générations pour prospecter les perspectives des récits de voyages

Mohamed El Aâraj, ministre de la Culture et de la Communication, a considéré, dimanche dernier à Casablanca, que le Prix Ibn Battuta de la littérature du voyage est une source de motivation pour les nouvelles générations pour prospecter les perspectives des récits rendant compte des voyages et des observations, avec un œil intelligent, une mémoire vigilante et une pensée qui sait aller au-delà des détails afin de ne pas tomber dans le piège du descriptif brut.

El Aâraj a ajouté que le prixIbn Battouta poursuit ainsi sa consécration de la position prestigieuse de la littérature du voyage parmi les genres littéraires et de sa contribution indéniable au service de la culture arabe.

Intervenant lors de la cérémonie de remise des prix Ibn Battouta de la littérature du voyage au titre des éditions de 2017 et 2018, organisée par le Centre arabe de la littérature géographique « Irtyad El Afaq », en partenariat avec le ministère de la Culture et de la Communication,M. El Aâraj a souligné que la distinction et le génie marocains dans le domaine de la littérature du voyage s’est traduit par le fait quesept prix Ibn Battouta ont été par des marocains au titre des éditions de 2017 et 2018.

Par ailleurs, M. El Aâraj a indiqué que le prix, qui porte le nom du célèbre voyageur marocain Mohamed Ibn Abdellah Ellouati, plus connu sous le nomd’Ibn Battouta, dont l’anniversaire de sa naissance depuis plus de sept sièclesest célébré au mois de février de chaque année, a franchi un parcoursenrichissant depuis sa création en 2003 par le Centre arabe de la littérature géographique.

Le ministre a souligné, à cet égard, que le prix Ibn Battouta a accumulé un important répertoire d’œuvres primées qui ont enrichi la littérature du voyage par des récits, recherches etdes critiques, et a mis à la disposition des chercheurs et du lectorat en général des richesses d’informations et de détails sociaux, culturels et géographiques spécifiques à des pays dont l’occasion de visiter nes’offrirait pas au chercheur ou au lecteur.

El Aâraj n’a pas omis de rappeler que le stand aménagé au niveau du Saloninternational de l’édition et du livre de Casablanca et dédié à l’exposition des publications du projet « Irtiyad al-Afak » et les deux séminaires programmés sur le thème de la littérature du voyage devraient jeter des éclairages sur la valeur culturelle et civilisationnelle de ce magnifique projet, dont le ministère de la Culture et de la Communication demeure fierd’accueillir la cérémonie de remise de ses prix dans le cadre desfestivités culturelles des éditions du Salon international de l’édition et du livre de Casablanca.

 

Partager sur Facebook