El Aâraj révèle la stratégie de son ministère pour promouvoir les secteurs de la culture et de la commununication lors de la présentation du projet du budget sectoriel au titre de l’année 2018

Aliae Rifi:

Mohamed El Aâraj, ministre de la Culture et de la Communication, a révélé, vendredi dernier au siège du Parlement, les orientations stratégiques adoptées par son ministère pour promouvoir les secteurs de la culture et de la communication selon une vision ambitieuse, capable de relever les défis, de répondre aux attentes et de permettre à ces secteurs de jouer leur rôle de levier de développement et de catalyseur pour le renforcement du processus démocratique.

S’exprimant devant la Commission de l’éducation, de la culture, et de la communication à la Chambre des Représentants pour présenter le projet du budget sectoriel de son ministère au titre de l’année 2018, M. El Aâraj a évoqué le bilan et les réalisations des départements de la Culture et de la Communication au cours de l’année 2017, affirmant que cette période avait été caractérisée par le retard accusé dans la formation du gouvernement, ce qui avait engendré un retard dans la présentation du budget, mais cela n’a pas entravé les efforts concertés de tous pour accélérer les réalisations et rattraper le retard enregistré.

Le Département de la Culture

El Aâraj a annoncé que le budget du Département de la Culture au titre de 2018 sera à hauteur de 736,868 millions de DH contre 723,98 millions de DH en 2017, soit une hausse de 1,90%. Il a indiqué, à cet égard, que les allocations budgétaires consacrées au Département de la Culture n’ont que légèrement augmenté par rapport au budget précédent en dépit de l’élargissement des programmes, des projets et des attentes.

Par ailleurs, le ministre a rappelé que le plan d’action du Département de la Culture intervient dans un contexte national marqué par le parachèvement de la mise en œuvre des dispositions de la Constitution et l’application du programme gouvernemental, ainsi que dans une conjoncture nationale caractérisée par la détermination à remédier aux dysfonctionnements, à adopter des programmes et de projets réalistes et étudiés et à établir la corrélation entre la responsabilité et la reddition des comptes.

El Aâraj a souligné que ce programme sectoriel place parmi ses priorités le parachèvement des projets et programmes s’inscrivant dans le cadre des accords signés devant Sa Majesté le Roi Mohammed VI, le lancement de la mise en œuvre du programme national d’équipements culturels dans le monde rural, l’activation des conventions de partenariat signées avec les collectivités territoriales en vue de la création et de l’équipement d’institutions culturelles et la mise en œuvre de plusieurs opérations prévues dans le cadre du plan d’action du Département de la Culture pour la période 2017-2021.

D’autre part, M. El Aâraj a également présenté la stratégie adoptée par le Département de la Culture pour développer le cadre juridique régissant le cinéma marocain et ses infrastructures, parallèlement au renforcement des mécanismes de protection de la propriété intellectuelle et des droits d’auteurs, au déploiement davantage d’efforts dans le domaine de la communication institutionnelle pour servir l’image du Maroc et son rayonnement et à la consolidation des mécanismes de gouvernance à travers la valorisation des ressources humaines et l’adoption des technologies modernes en matière de gestion.

Le Département de la Communication

Par ailleurs, M. El Aâraj a annoncé que le budget du Département de la Communication s’élèvera, au titre du projet de loi de finances 2018, à 1.689.433DH, indiquant que ce projet de budget 2018 constituera l’occasion de se pencher sur la mise en œuvre d’une vision ambitieuse visant à doter notre pays d’un champ médiatique disposant de plus d’indépendance et bénéficiant de l’accompagnement nécessaire pour relever les défis de taille auxquels il fait face à plus d’un niveau et de manière permanente et continue.

Le ministre a relevé, en outre, l’importance d’apporter à ce champ médiatique le soutien nécessaire en vue de la modernisation de ses structures pour qu’il s’acquitte de son rôle de levier du développement et de catalyseur en matière de consolidation du processus démocratique, notant qu’un tel appui permettra aussi de mettre en valeur la richesse et la diversité linguistique, culturelle et intellectuelle du Royaume dans le cadre d’un exercice professionnel, responsable et respectueux de la déontologie, qui renforce la crédibilité du champ médiatique national sur les plans national et international.

El Aâraj a ajouté que l’enjeu consiste en la bonne mise en œuvre des amendements intégrés dans les lois régissant le champ médiatique audio-visuel national, des dispositions du nouveau codede la presse et de l’édition, notamment la loi relative au Conseil national de la presse, et du projet de loi relative à la réorganisation de l’Agence Maghreb Arabe Presse (MAP). Le ministre a souligné que cela permettra de doter le secteur de la presse d’un outil d’autorégulation, d’améliorer les performances de la MAP, de diversifier et d’enrichir le paysage audiovisuel marocain, de soutenir la production médiatique nationale à travers le renforcement du soutien accordé à la presse écrite et numérique et de promouvoir la presse régionale pour l’habiliter à accompagner le chantier de régionalisation avancée.

Partager sur Facebook