El Aâraj a souligné que le poète Khawada fait du nomadisme un espace poétique et intellectuel
Lors de la cérémonie de remise duPrix international de poésie Argana 2017 

Le poète touareg Mohamadine Khawad a reçu, hier mercredi à Rabat, le Prix international de poésie Argana au titre de l’année 2017, décerné par la Maison de la poésie au Maroc en partenariat avec la Fondation Caisse de dépôt et de gestion (CDG) et en coopération avec le ministère de la Culture et de la communication.

Outre la dotation financière du prix, le poète Khawad a été récompensé par un trophée et un certificat honorifique, en plus d’un portrait dressé de lui par l’artiste Mohamed Salmi.

Intervenant à cette occasion, M. Mohamed El Aâraj, ministre de la Culture et de la Communication, a souligné que le jury a choisi cette fois-ci de décerner ce prix au poète MohamadineKhawad, en reconnaissance de la détermination de ce poète rénovateur, depuis quatre décennies, à faire du nomadisme un espace poétique et intellectuel, à travers lequel il a voyagé par ses mots à la recherche, inlassable et ininterrompue, de produire du sens.

Par ailleurs, M.El Aâraj a souligné que la liste des notables vainqueurs du Prix international de poésie Arganas’est ainsi garnie d’un nom de calibre, ce qui permet d’enrichir le répertoire de ce prix par d’autres sensibilités et des pratiques poétiques et offre aux chercheurs concernés par la créativité poétique une série de choix à travers lesquels se développent les principales orientations poétiques à l’échelle internationale.

La cérémonie de remise du prix a été ponctuée par des spectacles musicaux et chorégraphiques exécutés par une pléiade d’artistes africains résidents au Maroc, ainsi que par une lecture poétique de Khawad en langue amazighe, accompagnée d’une interprétation en français.

Né en 1950 dans la région de l’Aïr au Niger, le poète touareg Khawadvit actuellement en France où il a publié une série de poèmes et d’œuvres littéraires, traduits dans leur quasi-totalité dans plusieurs langues, dont « Testament nomade », traduit en arabe par le grand poète Adonis.

Présidé par Issa Makhlouf, le jury de l’édition 2017 du Prix international de poésie Arganaest composé des critiques Sanae Ghouati, Abderrahmane Tankoul et Khalid Belkassem et des poètes NajibKhedari, Morad Kadiri, Abdeslam Moussaoui, Mounir Serhani et Hassan Nejmi, Secrétaire général de ce prix.

Pour rappel, le prix international Argana a été décerné précédemment aux poètes Bei Dao (Chine), Mohamed Serghini (Maroc), Mahmoud Darouich (Palestine), Saâdi Youssef (Irak), Taher Benjelloun (Maroc), Marilyn Hacker (Etats-Unis), Antonio Gamoneda (Espagne), Yves Bonnefoy (France), NunoJudice (Portugal), Volker Braun (Allemagne) et à Mohamad Bentalha (Maroc).

Partager sur Facebook