Category Archives: parlement

Lors d’une rencontre d’étude des deux groupes harakis au Parlement
Appel à l’élaboration de la politique budgétaire gouvernementale de manière intégrée, en prenant en considération le découpage territorial et régional

Les participants à la rencontre d’étude organisée par les deux groupes harakis au Parlement ont souligné, mercredi dernier, la nécessité de restaurer la confiance des opérateurs économiques dont la visibilité a été entamée en l’absence de l’adoption de la loi de finances.
Les politiques et les experts dans ce domaine ont appelé, lors de cette rencontre organisée sous le thème « la « politique budgétaire gouvernementale : défis et enjeux », à œuvrer à la consolidation de la confiance des investisseurs marocains ou étrangers à travers la sécurisation de la législation.

Le Groupe Haraki à la Chambre des Représentants prend une série de mesures organisationnelles et discute du régime des retraites des parlementaires et des moyens de développement de la diplomatie parlementaire

Le Groupe Haraki à la Chambre des Représentants a tenu, mercredi dernier à Rabat, une réunion sous la présidence de M. Mohamed Al-Aâraj, Président du Groue Harakie, consacrée à l’examen des principaux axe et des orientations majeures de la stratégie d’action du Groupe Haraki à la Chambre des Représentants durant l’actuelle législature, ainsi que la représentation du Groupe Haraki au sein des sections nationales et internationales et le choix de ses représentants dans ces sections.
Dans un communiqué dont copie est parvenue au quotidien « Al-Haraka », le Groupe Haraki à la Chambre des Représentants a décidé de nommer l’un de ses membres pour le représenter au sein de la commission thématique chargée de l’évaluation des politiques publiques sur le thème « le développement rural dans le territoire des zones montagneuses », dont la formation a été prévue par la Chambre des Représentants.

La Chambre des Représentants clôture la session d’automne de l’année législative 2016-2017
Le Groupe Haraki à la Chambre des Représentants : Le retour du Maroc à l’Union africaine constitue une valeur ajoutée importante pour la réalisation du développement et la consolidation de la démocratie et de la stabilité dans le continent

Le Groupe Haraki à la Chambre des Représentants a salué, lundi dernier, le retour du Maroc à l’Union africaine, estimant que « ce retour constitue une valeur ajoutée importante pour la réalisation du développement et la consolidation de la démocratie et de la stabilité dans les pays du continent ».
Dans un communiqué dont copie est parvenue au quotidien « Al-Haraka », le Groupe Haraki à la Chambre des Représentants, qui a tenu une réunion le 13 février 2017 sous la présidence de M. Mohamed Al-Aâraj concomitamment avec la clôture de la session d’automne de la première année législative de la 10ème législature, s’est félicité des Hautes Initiatives Royales qui ont été couronnées par l’adhésion du Maroc à l’Union africaine, ainsi que de la mobilisation de la diplomatie marocaine qui vit un moment historique avec ce retour à la famille africaine.
Le communiqué a souligné que le retour du Maroc à l’Union africaine constitue une victoire pour la légitimité et l’aboutissement d’un long processus de travail acharné et sincère et des initiatives et politiques volontaristes entreprises par Sa Majesté le Roi Mohammed VI en Afrique.

Al-Aâraj : Ce qui intervient au sein duparti du Mouvement Populaire au sujet des accréditations des candidaturesélectorales est un phénomène « normal » et « sain »
Le dossier de la langue amazighe ne saurait supporter des surenchères politiques ou catégorielles

M. Mohamed Al-Aâraj, professeur de droit public à la Faculté de Droit de Fès et présidentdu Groupe Haraki à la Chambre des Représentants, a réfuté les fausses informations colportées au sujet de prétendus « conflits » au sein du parti du Mouvement Populaire sur les accréditations des candidatures électorales.
Dans une interview exclusive accordée au quotidien « Al-Haraka »,ce membre du Bureau politique du Mouvement Populaire a considéré que ce qui intervient au sein du parti au sujet desdites accréditationsest un phénomène « normal » et « sain » et prouve que le parti est une institution et nondes individus.