Category Archives: A la une

Election de Mme Hakima El Haïté Présidente déléguée de l’Internationale Libérale et de M. Mohamed El-Gherrass Vice-président de cette organisation

L’Etat d’Andorre a accueilli, du 18 au 21 mai 2017, les travaux du 70ème congrès de l’Internationale Libérale, avec la participation de partis libéraux de différents continents. Du côté marocain, le parti du Mouvement Populaire a pris part à cette conférence avec une délégation de haut niveau composée de Mme Hakima El Haïté et MM. Mohamed Ouzzine, Mohamed Moubdiî et Mohamed El-Gherrass.
A l’occasion de ce congrès, Mme Hakima El Haïté, membre du Bureau politique du Mouvement Populaire, a été élue Présidente déléguée de l’Internationale Libérale, et M. Mohamed El-Gherrass, membre du Conseil national du parti, a été élu Vice-président de cette organisation.

L’organisation des professions et l’amélioration des prestations dispensées aux artistes au cœur des entretiens de M. El Aâraj avec trois syndicats d’artistes

M. Mohamed El Aâraj, ministre de la Culture et de la Communication, s’est entretenu, vendredi dernier à Rabat, avec les membres du Bureau exécutif des trois syndicats d’artistes au sujet de leurs priorités majeures, notamment celles qui concernent l’organisation des professions et l’amélioration des prestations dispensées aux artistes, ainsi que des mécanismes de gouvernance et des conditions de vie et matérielles de l’artiste, en général.
Un communiqué du ministère de la Culture et de la Communication a indiqué que les entretiens de M. El Aâraj avec le Syndicat national des musiciens professionnels, le Syndicat professionnel marocain des créateurs de la chanson et le Syndicat marocain de l’artiste professionnel ont offert l’opportunité de prendre note de l’état des lieux de l’art et de la musique et des défis auxquels fait face ce secteur au Maroc.

M. Bencheikh : L’Office de la Formation professionnelle et la Promotion du travail a assuré la qualification de plus de 1,6 million de jeunes

M. Larbi Bencheikh, Secrétaire d’Etat chargé de la Formation professionnelle, a affirmé, vendredi dernier à Fès, lors de la rencontre organisée par le ministère de l’Intérieur sous le thème de « l’échange d’expériences réussies au service du développement humain durable en Afrique », que l’Office de la Formation professionnelle et la Promotion du travail (OFPPT) a assuré, depuis 2002, la qualification de plus de 1,6 million de jeunes.
Intervenant lors d’un atelier interactif sur le thème « la jeunesse, les forces du développement humain », M. Bencheikh a présent, devant plusieurs responsables et experts marocains, africains et étrangers, un aperçu la politique de formation et les résultats obtenus depuis les années soixante-dix du siècle dernier.

M. Hassad a souligné qu’il sera procédé au remplacement d’un total de 12.000 enseignants ayant atteint l’âge de retraite ou devant bénéficier d’une retraite anticipée

M. Mohamed Hassad, ministre de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, a souligné qu’il sera procédé au remplacement d’un total de 12.000 enseignants ayant atteint l’âge de retraite ou devant bénéficier d’une retraite anticipée.
En réponse à une question orale à la Chambre des Représentants sur « la gestion du dossier des enseignants ayant demandé une retraite anticipée », M. Hassad a précisé qu’il sera procédé au remplacement des enseignants ayant atteint l’âge de retraite dont le nombre s’élève à 9.000 enseignants, ainsi que 3.000 enseignants bénéficiaires de la retraite anticipée.
M. Hassad a indiqué, à cet égard, qu’il sera procédé à l’augmentation des nouveaux cadres éducatifs recrutés en vue de combler le déficit qui a été enregistré au cours des dernières années et de résoudre le problème du déficit des cadres éducatifs, en particulier dans certaines disciplines scientifiques et résoudre ainsi le problème du surpeuplement des classes.
Dans ce sens, le ministre a précisé que les nouveaux cadres éducatifs qui seront intégrés sont titulaires de licences et enseigneront les élèves du cycle secondaire, préparatoire et secondaire, soulignant que cela ne pose pas de problème, étant donné que « nous disposons d’assez de temps, jusqu’à la prochaine rentrée scolaire, pour former ces cadres, en plus de la possibilité qui de les former par Internet et de les faire bénéficier de l’encadrement des inspecteurs dans les centres de formation.
D’autre part, M. Hassad a également indiqué que l’enseignement public dans le monde rural vit un certain nombre de problèmes fondamentaux, soulignant qu’une importance majeure sera accordée au milieu rural, notamment à travers la poursuite de la création es écoles communautaires à un rythme plus soutenu, tout en accompagnant cet effort par l’apport de solutions aux problèmes du transport et des restaurants scolaires.
S’agissant des classes construites en préfabriqué qui sont fortement répandues dans le monde rural, le ministre a indiqué qu’il existe plus de 25.000 classes en préfabriqué qui doivent être abolies et remplacées par des écoles communautaires, soulignant qu’il sera procédé à la résolution de ce problème dans un délai de deux ans en dépit du budget élevé nécessaire pour cette opération, qui est estimé à 5 milliards de dirhams.
Concernant l’enseignement privé, M. Hassad a souligné qu’il y a besoin de recourir à ce type d’enseignement éducation et de le développer parce qu’il permet de résoudre un certain nombre de problèmes, indiquant que le rôle du ministère est de contribuer à rehausser la qualité de ce secteur.
M. Hassad a ajouté que le ministère a effectué des visites dans plus de 450 établissements d’enseignement privé durant un mois et demi, précisant qu’il sera procédé à l’exercice du premier niveau de contrôle en vérifiant le respect du nombre minimum d’inscription des élèves.
Le ministre a souligné que cette mesure ne s’inscrit pas dans le cadre de la sanction, mais dans le cadre de l’encouragement et de l’appui à l’amélioration de l’enseignement privé, qui est l’une des raisons les plus importantes ayant présidé à l’autorisation des enseignants du secteur public à donner des cours dans les établissements d’enseignement privé.