Le Ministère de la Justice décide de défalquer les salaires de ses fonctionnaires grévistes

Des sources bien informées ont révélé que le Ministère de la Justice a décidé de défalquer les salaires de ses fonctionnaires qui avaient été en grève durant les 13, 14, 15, 20, 21 et 22 du mois d’avril courant. 

Une source syndicale a affirmé que les protestations et la grève ont été le résultat de la tergiversation des responsables à décaisser les indemnités instituées en application des Hautes instructions Royales, réitérées dans les Discours Royaux du 29 janvier 2003 et du 20 août 2009. Cette source a souligné que les responsables du département de la Justice n’ont considéré que le moment opportun pour annoncer leur échec dans la gestion du dossier de la réforme globale et approfondie de la justice qu’au moment où les fonctionnaires de ce département ont décidé de lever les injustices qui pèsent sur eux en recourrant à des moyens légitimes ».

La même source a qualifié d’injuste la décision de défalquer les salaires des fonctionnaires grévistes qui ne réclamaient que la satisfaction des revendications des agents du Ministère de la Justice. 

La source syndicale a ajouté que le personnel du département de la justice est prêt à organiser si nécessaire des sit-in ouverts au niveau des tribunaux, comme l’une des options si le ministère persiste à considérer les jours de grève légale comme des absences injustifiées du travail ou à recourir à toute méthode versant dans ce sens pour enrayer le mouvement revendicatif. 

Cette même source a indiqué que la décision de grève est intervenue en réaction à la lenteur dans la mise en œuvre des accords conclus entre le syndicat et le Ministère de la Justice et pour exprimer « le mécontentement du personnel du traitement réservé par les autres parties au gouvernement concernées par notre dossier aux projets qui nous concernent directement dans le cadre de la réforme de la justice. Ce qui dénote de la tentative de nous isoler et de laisser le greffe à l’écart de la réforme souhaitée, contrairement aux Hautes orientations de Sa Majesté le Roi ». 

La source syndicale a expliqué que l’une des plus importantes dispositions du statut du personnel du Ministère de la Justice réside dans la réforme du système de promotion en exemptant le personnel de ce département du champ d’application du décret n° 403, la suppression des basses échelles y compris l’échelle 7, l’intégration directe des diplômés parmi les fonctionnaires, ainsi que l’augmentation des indemnités d’archivage et l’institution d’indemnités de servitude, d’indemnités pour les heures supplémentaires et la permanence et d’indemnités de représentation.

Partager sur Facebook