Centre Lahcen Lyoussi pour les études et les recherches politiques organisée une conférence sous le thème « l’interpellation du Maroc politique »

M. Mohand Laenser, Secrétaire Général du Mouvement Populaire, a souligné que la réussite à l’heure actuelle de l’alliance entre les partis politiques est tributaire de l’implication de toutes les parties prenantes dans la mise en oeuvre des réformes juridiques visant à rationaliser le champ politique.

M. Laenser a indiqué que la vision des partis politiques s’agissant du changement du paysage politique n’est pas antinomique avec les attentes de l’opinion publique nationale, y compris les médias nationaux et la société civile, précisant que l’ensemble de ces acteurs aspirent à l’émergence de partis politiques proches du citoyen et capables de traduire leurs programmes sur le terrain et d’encourager l’implication des jeunes dans l’action politique, d’une élite politique intègre qui se préoccupe davantage de l’intérêt général et d’un gouvernement qui apporte des solutions réalistes aux problèmes rencontrés. 

Intervenant à l’occasion de la conférence organisée, samedi dernier à Casablanca, par le Centre Lahcen Lyoussi pour les études et les recherches politiques sous le thème « l’interpellation du Maroc politique », M. Laenser a indiqué que le fait que le Maroc enregistre des changements à tous les niveaux à l’exception de la scène politique nous incite à s’interroger sur la problématique du rôle de la famille et de l’école s’agissant de la promotion des valeurs de modernité et de citoyenneté. 

Exposant les principaux traits distinctifs du paysage politique national, M. Laenser a évoqué la Volonté Royale, réitérée dans plusieurs Discours de Sa Majesté le Roi, de voir émerger des partis politiques efficaces, des projets de développement local, une majorité parlementaire cohérente et une opposition constructive. M. Laenser a souligné, à cet effet, que les Hautes Orientations Royales constituent un signal fort pour le changement et la réforme de la scène la politique. 

Par ailleurs, M. Laenser a précisé que le paysage politique, qui se caractérise actuellement par la multiplicité des partis, n’autorise pas à évoquer une seule classe politique et n’incite pas les partis politiques à nouer des alliances ou à constituer des pôles sur des bases objectives.

Dans ce sens, M. Laenser a présenté l’expérience de fusion, en 2006, des trois composantes de la famille harakie, à savoir le Mouvement Populaire, le Mouvement National Populaire et l’Union Démocratique, dans un seul parti, traduisant ainsi leur volonté ferme de s’engager activement dans la rationalisation de la scène politique, même si cette fusion a requis des trois partis de payer un tribut cher et sévère.

D’autre part, M. Laenser a affirmé qu’on ne peut parler d’alliances en l’absence de véritables réformes politiques et juridiques, soulignant à cet égard la nécessité de réformer le mode de scrutin afin de parvenir à une forte majorité et de rendre effective la loi sur les partis dont le respect doit être opposable à tous les partis.

M. Laenser a annoncé dans ce sens « en tant que partis politiques, nous menons actuellement des consultations en vue d’examiner ces idées et propositions, dans la perspective d’aboutir à un accord sur un cadre juridique qui ouvre la voie à des alliances et habilite les partis politiques aspirant au changement escompté, à nouer des alliances sur la base des programmes ». 

Pour sa part, M. Mohamed Ouzzine, membre du Bureau Politique du Mouvement Populaire, a affirmé que la classe politique est appelée à faire face à la phase critique que traverse le paysage politique, en adaptant son discours et ses approches d’encadrement et de communication.

Donnant lecture à la note introductive exposée à l’ouverture des travaux de cette conférence, M. Ouzzine a souligné que le discours politique en vogue actuellement reflète l’attentisme aspirant à la restructuration de la scène politique, s’interrogeant à cet égard si les partis politiques pourraient se hisser au niveau des défis auxquels fait fasse le pays ? Et s’ils sont capables de susciter le changement tant souhaité ? 

Il est à signaler que cette conférence a été marquée par la participation, aux côtés de M. Mohand Laenser, Secrétaire Général du Mouvement Populaire, de dirigeants de partis politiques, issus de la majorité et de l’opposition, et d’acteurs de la société civile.

Partager sur Facebook