M. Al Mardi : le régime des salaires et indemnitaire est toujours otage des tiroirs de la Chambre des Conseillers

M. Hassan Al Mardi, Secrétaire Général National du Syndicat Populaire des Salariés, a estimé que les réunions de dialogue social tenues par le gouvernement avec les supposées centrales syndicales, ne sont d’aucune utilité.

Le Secrétaire Général National du Syndicat Populaire des Salariés a affirmé que la méthodologie de la démocratie n’a pas encore été respectée dans ces réunions qu’il a qualifiées de « marathoniennes ».

M. Al Mardi a ajouté que le dialogue social doit prendre en considération les deux secteurs, public et privé, précisant que si les questions du secteur privé ont pu être traitées dans le cadre du Code du travail, celles relatives au secteur public ne peuvent pas encore être débattues car le régime des salaires et indemnitaire est toujours otage des tiroirs de la Chambre des Conseillers. 

M. Al Mardi a mis l’accent sur l’obligation d’avaliser ce régime des salaires au niveau du Conseil Supérieur de la Fonction Publique, institution présidée par le Premier ministre et où sont représentées les différentes catégories de la fonction publique et des salariés des collectivités locales. 

D’autre part, M. Al Mardi a critiqué les déclarations prétendant le succès des réunions du dialogue social, précisant que les vagues de tension que connaissent de nombreuses institutions, y compris les centrales syndicales prenant part aux réunions du dialogue social, les grèves fréquentes dans les différents secteurs et le renchérissement croissant du coût de la vie, sont autant d’indicateurs qui témoignent de l’échec de ces réunions de dialogues ».

Concernant les préparatifs relatifs à la célébration de la fête du travail, qui coïncide avec le 1er mai de chaque année, M. Al Mardi a affirmé que le Syndicat Populaire des Salariés coordonne actuellement avec 20 autres syndicats dans la perspective de la tenue du congrès constitutif de l’Union des Syndicats Indépendants au Maroc.

M. Al Mardi a exhorté l’ensemble des militants syndicalistes à soutenir et appuyer pleinement les différentes batailles menées par ces institutions indépendantes en vue de défendre les intérêts des travailleurs.

Dans ce sens, M. Al Mardi a appelé les militants syndicalistes à adhérer au projet de l’Union des Syndicats Indépendants, en vue de fédérer les efforts de la classe ouvrière dans le cadre de ce syndicat unifié, d’assurer un encadrement pertinent à la classe ouvrière marocaine, d’immuniser ses luttes et ses batailles et de défendre ses acquis contre toute exploitation ou marchandage partisane, politique ou autre. 

Il est à signaler que l’Union des Syndicats Indépendants, qui regroupe 20 syndicats indépendants au Maroc, participera, pour la première fois, de manière collective aux festivités du 1er mai 2010 à Rabat. A cet effet, une commission préparatoire locale a été mise en place et prendra toutes les mesures et dispositions nécessaires pour garantir la réussite de cette station. 

Les syndicats membres de cette union ont convenu de lancer un appel conjoint à une participation massive aux festivités prévues à cette occasion, notamment le défilé des travailleurs.

Partager sur Facebook