M. El Guerrouj dans la Commission de la Justice, de la Législation et des Droits de l’Homme à la Chambre des Représentants
Le phénomène des fonctionnaires « fantômes » est liée à un problème de gestion et d’application de la loi

M. Abdelâadim El Guerrouj, ministre de la Fonction Publique et la Modernisation de l’Administration, a souligné qu’une nouvelle approche est en vigueur en matière de traitement de la problématique des fonctionnaires « fantômes » qui fait endosser la responsabilité au responsable direct pour l'application des lois en vigueur en ce qui concerne l'absentéisme illégal du travail.

Dans sa réaction aux interventions des membres de la Commission de la Justice, de la Législation et des Droits de l'Homme à la Chambre des Représentants, M. El Guerrouj a précisé, lundi dernier, qu’il ne s’agit pas d’un vide ou de l'absence de textes législatifs portant sur le traitement de ce phénomène, évoquant à cet égard les dispositions du Statut de la fonction publique de 1958, de la loi de 1984 relatives aux ponctions sur les salaires des fonctionnaires et des agents de l'Etat et des collectivités territoriales et le décret publié en 2000 qui définit les conditions d'application de cette loi.

M. El Guerrouj a affirmé qu’il ne s’agit pas d’« un problème de lois, mais d’un problème de gestion et d'application des lois », indiquant qu'une commission a été créée et qu’elle a tenu, durant les dernières semaines, trois réunions pour examiner les moyens les plus adéquats pour lutter contre ce phénomène.

Concernant la loi organique sur la grève, M. El Guerrouj a affirmé que le gouvernement est en cours d’élaboration d’un texte à cet égard, qui comprend plusieurs nouvelles orientations, dont notamment la stipulation du dialogue avant le recours à la grève et que cette grève devrait avoir pour objectif de réaliser des acquis professionnels ou les défendre et être menée pour une durée limitée et respecter la liberté de travail et le principe du préavis.

A début de sa réunion avec les membres de la Commission de la Justice, de la Législation et des droits de l'Homme, M. El Guerrouj avait exposé le projet de budget du ministère au titre de l'année 2012, qui comprend en particulier la nouvelle vision du ministère qui met le citoyen et l'entreprise au cœur de la politique de modernisation.

M. El Guerrouj a expliqué que les objectifs de cette vision stratégique résident dans la restauration de la confiance entre l'administration et les citoyens, à travers la satisfaction de leurs attentes, l’amélioration de la qualité des services qui leur sont rendus, le soutien de la politique de proximité, la recherche de l'efficacité de l’action publique, la mise en place d’une administration moderne capable de contribuer au renforcement de la compétitivité de l'économie nationale, au développement et à la promotion des investissements, la consécration des principes de bonne gouvernance dans de le domaine de la gestion publique et la corrélation de la responsabilité avec la reddition des comptes, ainsi que d’instauration des bases de la gestion axée sur les résultats, plutôt que la gestion axée sur les moyens.

M. El Guerrouj a conclu que le programme d’action du ministère adopté des chantiers de modernisation relatifs à la simplification des procédures administratives, à la valorisation du capital humain et à l’instauration de la bonne gouvernance.

En relation avec ce sujet, les parlementaires, membres de cette commission, ont souligné la nécessité pour le gouvernement et le ministère de la Fonction Publique et de la Modernisation de l'Administration de lutter contre les soi-disant fonctionnaires « fantômes » au sein de l'administration marocaine.

Les interventions de plusieurs membres de cette commission ont souligné, lors la discussion générale du projet de budget du ministère de la Fonction Publique et de la Modernisation de l'Administration au titre de l'année 2011, que la mise en œuvre des dispositions de la Constitution, en particulier celles portant sur la bonne gouvernance, impose de réserver un traitement ferme et strict aux fonctionnaires « fantômes » et de veiller à l'application des dispositions juridiques en vigueur dans ce domaine.

Les interventions ont appelé également à la promulgation de la loi organique relative à la grève et à son entrée en vigueur, à la révision du statut de la fonction publique de l'année 1985 jugé suranné et n’accompagnant pas les nouveaux développements, à la simplification des procédures administratives, au développement de l'administration électronique au service des citoyens, à l'amélioration du déploiement des ressources humaines, en particulier dans les régions éloignées, en leur accordant des incitations matérielles, à l'adoption de la formation continue des ressources humaines, ainsi qu’à l’exécution jugements prononcés à l’encontre de l’administration et à la motivation de ses décisions.

Partager sur Facebook