En protestation contre les pratiques immorales de certains membres du Conseil communal
M. Mustapha Mechahouri et trois de ses adjoints démissionnent du Conseil communal de Laksiba et d’autres démissions de solidarité sont prévisibles

M. Mustapha Mechahouri, membre du Bureau Politique du Mouvement Populaire, ancien ministre du Commerce Extérieur au sein du gouvernement de M. Jettou, membre du Conseil de la Région de Tadla-Azilal et Président du Conseil communal de Laksiba, a présenté sa démission de la présidence du Conseil communal, avec son premier vice-président, M. Saïd M’barik, son deuxième vice-président, M. Ahmed Yafegh, et son troisième vice-président, M. Mustapha Afoud.

Cette décision est intervenue suite aux insultes et agressions verbales endurées par M. Mechahouri et ses vice-présidents après la réunion du Conseil communal, tenue lundi dernier au titre de la session ordinaire de février consacrée à l’examen du compte administratif qui a été approuvé à la quasi-unanimité par les membres du Conseil communal.

Dans sa lettre de démission adressée, hier matin, à M. le Wali de la Région de Tadla-Azilal et Gouverneur de Beni Mellal, M. Mechahouri affirme « c’est avec grand regret que je vous informe de ma décision irrévocable de démissionner du Conseil communal de Laksiba à compter de la date du 28 février 2012, conformément aux dispositions légales énoncées dans la Charte communale ».

Selon le contenu de la lettre de démission, M. Mechahouri a indiqué que les raisons de cette décision résident dans :

  • son exposition, ainsi que les premier, deuxième et troisième vice-présidents à une fournée d'insultes, de calomnies et de diffamations de la part de certains membres du Conseil communal au cours de la session ordinaire tenue le 27 février.
  • Les insultes et les injures en recourant à des mots obscènes proférées par certains citoyens mobilisés et instrumentalisés par les membres du Conseil communal susmentionnés et ce, quand je les ai reçus pour écouter leurs problèmes et tenter d'expliquer les dispositions coercitives prises à l’encontre des constructions non autorisées et les conséquences qui en découlent conformément aux procédures en vigueur dans le secteur de l’aménagement du territoire.

Par ailleurs, nous avons appris de sources locales qu’il est prévu que cette démission soit suivie d’une démission collective des autres conseillers communaux de la majorité au sein du Conseil communal de Laksiba et ce, dans le cadre d’une initiative pour témoigner leur solidarité avec le président et ses adjoints.

Partager sur Facebook