L’association immixtion arbitraire du Mouvement Populaire à une affaire électorale isolée soumise devant la justice est une tentative désespérée de porter atteinte à un noble parcours politique
Le vil sensationnalisme n’est pas à la hauteur ce que nécessite l’étape actuelle critique en termes de débat serein et d’action concrète et fructueuse pour répondre aux grandes attentes de notre peuple

C’est avec beaucoup d’étonnement que s’est arrêté le Mouvement Populaire sur les réactions et les commentaires formulés par certaines tribunes médiatiques au sujet du jugement prononcé par le tribunal de Première Instance de Khouribga dans l’affaire portant sur l’accusation d’un individu d’altération de l’opération électorale du scrutin du 25 novembre 2012.

La cause de cet étonnement réside dans l’association absurde et arbitraire du nom du Mouvement Populaire dans cette affaire, qui ne dépasse pas l'acte d'accusation à l’encontre d’un individu déterminé sur la base de circonstances liées à des règlements de comptes entre des individus dans une circonscription géographique étroite et limitée, et constitue une tentative de faire revêtir un caractère politique à des conflits personnels.

Cette association arbitraire nous incite, au sein du Mouvement Populaire, à soulever une large question sur les objectifs véritables de cet « intérêt particulier » et démesuré réservé à une affaire soumise devant la justice, et si cette association arbitraire dévoile une campagne méthodique visant à porter atteinte à la renommée de notre organisation, qui n’a jamais été réputée, tout au long de son long parcours de lutte, par l’encouragement, de près ou de loin, de tout ce qui pourrait porter atteinte à l'intégrité et à la transparence des échéances électorales dans notre pays. Bien au contraire, nous avons payé, dans de nombreux cas, le tribut de notre exercice d’une action politique noble et éthique.

Pour rappel, les résultats obtenus par notre parti durant toutes les échéances électorales précédentes ont été le fruit d'une concurrence loyale et d’une action lutte, basées sur la proximité des citoyens et le choix optimal et nos candidates et candidats. De ce fait, soulever cette affaire de cette manière sans précédent met à nu une mauvaise foi préméditée des parties qui sont derrière cette tourmente.

Ainsi, le Mouvement Populaire, confiant en la sagesse de son approche et en la droiture des comportements de ses militantes et militants, considère que cette campagne injustifiée porte atteinte au processus démocratique dans son ensemble, surtout après l’unanimité de toutes les parties, des différents spectres et orientations politiques, civiles et des droits de l'Homme, au sujet de l'intégrité et de la transparence qui ont marqué les élections du 25 novembre dernier.

Nous avons toujours été soucieux, au sein du Mouvement Populaire, de ne pas s'engager dans des débats stériles autour de questions artificielles régies par la logique politicienne et le vil sensationnalisme, car cette approche ne saurait être à la hauteur de ce que nécessite l’étape actuelle historique et critique en termes de débat serein et d’action concrète et fructueuse pour répondre aux grandes attentes de notre peuple.

En conséquence, nous réaffirmons notre volonté de ne pas tomber dans ces pièges, parce que nous sommes forts, grâce à notre confiance en nous-mêmes et en l’intégrité de nos militantes et militants, et à notre respect de l'autorité judiciaire instituée par la Constitution.

Partager sur Facebook