Mme Barakate appelle, lors d’une conférence tenue à Laâyoune, à l’institution du principe de l’égalité entre les deux sexes

Les Intervenants lors de la rencontre d’information tenue récemment à Laâyoune ont été unanimes à prône, l’adoption d’une bonne gouvernance pour assurer une intégration efficace et efficiente de l’approche genre dans la gestion locale.

Les participants à cette manifestation, organisée sous le thème « l’intégration de l’approche genre dans les politiques et programmes nationaux, levier essentiel pour le développement local » ont souligné la nécessité de veiller à l’institution de l’équité et de l’égalité des chances au sein des instances élues, tout en les dotant d’attributions décisionnelles.

Pour sa part, Mme Khadija Barakate, Présidente de la Ligue de l’Innovation et de la Communication mondiale, a affirmé que l’accent mis sur les droits des femmes dans la réforme constitutionnelle et politique ne participe nullement d’une vision unilatérale, précisant qu’il s’agit d’une phase historique lors de laquelle le mouvement féministe a réalisé de grands acquis, qui requièrent une présence active du rôle de la femme qui représente la moitié de la société et devrait ainsi avoir son mot à dire à propos des sept piliers annoncés dans le Discours Royal historique du 09 mars dernier.

La Présidente de la Ligue de l’Innovation et de la Communication mondiale a également souligné la nécessité d’instituer le principe de l’égalité entre les hommes et les femmes avec l’abolition de toute loi qui ne respecte pas ce principe, affirmant qu’il est vrai que la participation de la femme dans l’action politique est tributaire du niveau de liberté et de démocratie dont jouit la société et des libertés sociales accordés par cette société à la femme pour exercer cette action, appelant les femmes à s’engager de manière effective dans l’exercice de l’action politique, afin de parvenir à une sorte d’équilibre qualitatif.

De son côté, Mme Widad Sabbahi, Conseillère du Forum général des organisations arabes et africaines, et Vice-présidente de la Ligue de l’Innovation et de la Communication mondiale, a affirmé, dans son exposé qui s’est articulé sur le thème «  la régionalisation élargie : quelle position pour la femme ? », que la régionalisation élargie soulève des interrogations sur le niveau de représentation des femmes dans le conseil régional, d’intégration de l’approche genre dans les plans, programmes et budgets de la Région, ainsi que sur les réformes d’accompagnement nécessaires tant sur le plan économique que social.

Mme Sabbahi a ajouté que la répartition du pouvoir entre les deux sexes, en vue de garantir la représentation des femmes dans les institutions élues ou dans les institutions exécutives aussi bien au niveau central qu’au niveau régional, nécessite la mise en œuvre de réformes radicales fondées sur l’institution du principe d’alternance entre les deux sexes, la mise en œuvre de réformes ayant un impact palpable sur la situation des femmes au niveau régional, l’activation de l’égalité entre les hommes et les femmes s’agissant des droits politiques, ainsi que l’institution du droit des femmes à assumer des mandats publics.

Il est à noter que cette manifestation, organisée durant trois jours et à laquelle ont pris part des militantes partisanes et associatives, avait pour objectifs la sensibilisation, à travers les médias, sur l’importance de la participation de la femme dans l’action politique, la préparation de cadres femmes de différents partis politiques pour les habiliter à contribuer au développement des affaires locales, la consolidation de la prise de conscience des droits des femmes à tous les niveaux, ainsi que le renforcement et la préservation des acquis qui ont été capitalisés tant au niveau politique que juridique.

Partager sur Facebook