Le Président de l’Instance des expatriés marocains pour la réforme de la constitution
Appel à la création d’un fonds de solidarité avec les MRE et à la dissolution du Conseil de la Communauté Marocaine à l’Etranger (CCME)

M. Saïd Ida Hassan, Président de l’Instance des expatriés marocains pour la réforme de la constitution, a appelé à activer d’urgence cette réforme et à la création d’un fonds de solidarité avec les Marocains résidant à l’étranger (MRE), en particulier la communauté marocaine de retour de la Libye et celle traversant des crises comme c’est le cas en Espagne.

Lors d’une conférence de presse, tenue hier jeudi et consacrée à la présentation du mémorandum soumis par l’Instance à la Commission consultative de révision de la Constitution, M. Ida Hassan a souligné la nécessité de garantir la représentativité des MRE au Parlement et la dissolution du Conseil de la Communauté Marocaine à l’Etranger (CCME) au vu de son bilan médiocre et négatif, estimant que tous les conseils désignés constituent une violation de la démocratie et ne traduisent pas la volonté réelle de MRE.

M. Ida Hassan a souligné que l’objectif résidant derrière la création de l’Instance est de mettre un terme à l’exploitation de la communauté marocaine résidant à l’étranger, indiquant que dans le cadre de la dynamique politique qu’enregistre le Maroc, notamment après le Discours Royal du 9 mars, l’Instance a élaboré le mémorandum susmentionné eu égard au fait que la communauté marocaine à l’étranger est une partie intégrante du peuple marocain et d’autant plus que cette communauté représente 12,5% de l’effectif global de migrants dans le monde.

Par ailleurs, le Président de l’Instance des expatriés marocains pour la réforme de la constitution a annoncé à cette occasion la réponse favorable qu’a réservé le Ministre de l’Intérieur à la requête de l’Instance visant à associer la communauté marocaine résidant à l’étranger dans l’opération de vérification spéciale des listes électorales, à travers la diffusion d’une circulaire ministérielle sur l’ensemble des ambassades et des consulats et ce, en l’absence d’une campagne de sensibilisation au niveau des chaînes publiques.

Partager sur Facebook