Lors de la réunion de la Commission de la Régionalisation et des Collectivités Locales issue du Bureau Politique
M. Oulbacha : le développement régional ne sera pas équitable que s’il est fondé sur la corrélation de l’investissement au niveau de chacune des régions avec ses atouts

La Commission de la Régionalisation et des Collectivités Locales, issue du Bureau Politique du Mouvement populaire, a entamé sa réunion, jeudi soir au siège du Secrétariat Général du Parti à Rabat, par la présentation des propositions d’actions par les membres de la Commission.

Dans ce sens, M. Saïd Oulbacha, Président de la Commission, a exposé certains axes de travail que la Commission juge nécessaire de les aborder en premier lieu. Ainsi, des groupes de travail ont été mis en place et devraient présenter des exposés dans un délai d’un mois sur les axes suivants : «  une régionalisation d’essence démocratique », « des attributions plus larges et mieux articulées », « la régionalisation avancée et les aspects institutionnels », « une régionalisation consacrant le développement intégré », « la régionalisation avancée et le développement », « la bonne gouvernance dans la mise en œuvre » et « le découpage régional ».

Au cours de cette réunion, le président de la Commission a également soulevé une série d’interrogations se rapportant aux attributions accordés à la nouvelle région et à sa relation avec le Centre, ainsi qu’au chevauchement des missions des représentants de l’Etat avec celles des autorités élues, à la problématique de la solidarité entre les régions et de la gestion de la diversité culturelle, à la dimension financière de la régionalisation élargie et à la question de la gouvernance, soulignant que le projet de régionalisation constitue un grand projet ambitieux, mais risque de demeurer des idées et des théories qu’il serait difficile de mettre en œuvre et d’adopter de manière réaliste.

Evoquant la question de l’engagement de solidarité entre les régions, M. Oulbacha a souligné que le développement régional ne sera pas équitable et n’aura pas un caractère national, que s’il est fondé sur la corrélation optimale la corrélation de l’investissement au niveau de chacune des régions avec ses atouts, la mise en place de mécanismes efficaces de solidarité, traduisant la complémentarité et la cohésion entre les régions, s’interrogeant également sur les moyens d’assurer la complémentarité et la solidarité économique entre les régions, de nature à garantir une croissance économique équitable, qui garantira, à son tour, la croissance, la stabilité sociale et la maturité politique.

Par ailleurs, M. Oulbacha a évoqué certains modes de régionalisation adoptés à travers le monde, en particulier des expériences européennes.

Il est à noter que cette réunion, à laquelle ont participé de nombreux membres de la Commission, ainsi que certains acteurs politiques qui ont récemment rejoint le Mouvement Populaire, a souligné la nécessaire mobilisation pour ouvrir un débat profond et pertinent qui permettrait l’échange des points de vues, des expériences et des expertises entre les différents acteurs nationaux et la société civile, en vue de l’élaboration d’une vision qui réponde aux besoins et aux revendications de la population locale et ce, conformément à une vision qui vise la réalisation du développement durable.

Partager sur Facebook