En marge de la première conférence organisée à Tanger
Mme Lakhiel : les élections de 2012 constituent une étape cruciale pour gagner pari
Mme Khrichef : la femme marocaine a démontré qu’elle est digne d’accéder à toutes les hautes fonctions

Mme Fatna Lakhiel, membre du Bureau Politique du Mouvement Populaire, a affirmé que l’objectif visé de l’organisation de cette première conférence à Tanger, du 8 au 11 mars courant, est de rendre plus audibles la voix de la femme africaine, qui s’est hissée aux plus hautes fonctions, notamment au Maroc.

Mme Lakhiel a souligné que les femmes au Maroc ont accédé aux centres de décision et qu’elles occupent plusieurs fonctions supérieures aux côtés de son frère l’homme, mettant à leur actif d’importants acquis, notamment à travers leur participation au gouvernement, au Parlement et aux collectivités locales et ce, sous la conduite éclairée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, qui a réhabilité la femme marocaine dans sa véritable valeur.

Mme Lakhiel a indiqué, par ailleurs, que les femmes marocaines ont été en mesure de s’assurer une présence efficace dans tous les domaines, en particulier dans les domaines politique, de la société civile et des droits de l’Homme.

D’autre part, Mme Lakhiel a estimé que les prochaines élections de 2012 constituent une étape cruciale pour la femme marocaine pour gagner le pari de conquérir une représentativité semblable à celle des hommes au Parlement, en mettant en exergue son efficacité et ses compétences.

Mme Fatna Lakhiel a conclu en affirmant que cette rencontre, organisée à Tanger à l’occasion du 8 mars, est la traduction positive du niveau auquel s’est hissée la femme en Afrique, en général, et au Maroc en particulier.

D’autre part, Mme Jamila Khrichef, conseillère au Conseil Communal de Tanger, a affirmé que le 8 mars est la fête de la femme, lors de laquelle est mise en exergue sa valeur au sein de la société durant toute l’année, car elle côtoie son frère l’homme et lui mène une concurrence loyale dans tous les domaines, tant politique qu’économique.

Mme Khrichef a souligné, en outre, que les femmes au Maroc ont lutté depuis longtemps pour s’affirmer au sein de la société, qualifiant le quota d’injustice à l’égard des femmes marocaines et appelant à rehausser la représentativité des femmes au Parlement, vue que les femmes marocaines ont prouvé, à travers leur présence dans plusieurs centres de décision, qu’elles méritent les hautes fonctions auxquelles elles ont accédé.

Evoquant son expérience de conseillère communale, Mme Khrichef a affirmé que les femmes travaillent en silence et qu’elles auront leur mot à dire, et que rien ne les distingue des hommes.

Il est à signaler que la rencontre, qui se tiendra le 8 mars à Tanger, est le fruit d’une des recommandations émises l’année dernière à Marrakech lors de la conférence des villes africaines et qui vise à mettre en place un réseau de femmes élues.

Partager sur Facebook