Dans un entretien avec le quotidien « Al-Haraka »
Mme Zahra Cheguaf : l’Algérie persiste à contrarier le Maroc bien qu’elle soit arrivée à l’impasse

Mme Zahra Cheguaf, députée parlementaires et membre du Bureau Politique du Mouvement Populaire, a affirmé que l’Algérie persiste à contrarier le Maroc bien qu’elle soit arrivée à l’impasse.

Dans un entretien exclusif avec le quotidien « Al-Haraka », Mme Cheguaf a indiqué que les événements sanglants qu’a enregistrés Laâyoune au cours du mois de novembre dernier ont été prémédités par la vétille de l’Algérie,  le « polisario », qui a transformé son plan hostile en « acte criminel », illustré par le carnage, l’égorgement des têtes, la mutilation et la destruction des biens publics et privés.

Mme Cheguaf a souligné que les actes perpétrés n’ont pas été l’œuvre des sahraouis qui exprimaient de pures revendications sociales, mais d’« intrus » provenant d’Algérie, qui ont exploité avec malveillance l’appel national « La Patrie est clémente et Miséricordieuse ».

Mme Cheguaf a précisé, dans ce sens, que sachant que le Maroc ne ferme pas la porte à la face de quiconque souhaiterait rentrer vers sa mère-patrie, l’ennemi a exploité cette donne, après qu’il s’être rendu compte de manière claire de la différence entre la position du Maroc, qui œuvre à parvenir à un règlement politique du conflit artificiel autour de notre Sahara, et sa position cloitrée dans des manœuvres dilatoires et la diffusion de mensonges.

Mme Cheguaf a indiqué que les Marocains, qui sont venus nombreux différentes régions du pays pour participer à la marche massive de Casablanca, ont tenu ainsi à réaffirmer que la question du Sahara marocain ne concerne pas uniquement le gouvernement, comme pourrait le croire certains, mais qu’elle est la cause d’un Roi et d’un peuple tout entier.

Concernant les réactions du Parti Populaire espagnol et de certains médias espagnols, Mme Cheguaf a précisé qu’il s’agit seulement d’une carte électorale que la droite espagnole souhaiterait exploiter, ajoutant qu’après deux ans ou moins, lorsque cette droite prendrait les rênes du pouvoir en Espagne, elle pourrait changer sa position car elle est consciente de l’importance du rôle du Maroc dans la stabilité de l’Espagne.

Dans ce sens, Mme Cheguaf a précisé que le Maroc joue le rôle de « gendarme » pour l’Espagne en ce qui concerne l’immigration clandestine et la lutte contre le terrorisme, sans parler des relations de voisinage et de partenariat économique qui unissent le Maroc et l’Espagne, qui est de ce faite tenue de traiter avec le Maroc dans un cadre de respect mutuel et de préservation des relations de bon voisinage.

Evoquant le rôle joué par le Maroc aux frontières algéro-marocaines et maroco-mauritaniennes, Mme Gheguaf a souligné que « sans la vigilance du Maroc, la région serait devenue un deuxième Afghanistan », en termes de récurrence des actes terroristes et de développement du trafic des drogues et d’autres trafics de tous genres.

Dans son entretien avec le quotidien « Al-Haraka », la membre du Bureau politique du Mouvement Populaire a évoqué également sa réélection à la tête de l’Association des Femmes Harakies, estimant que cette réélection constitue pour elle une charge plus qu’un honneur.

A cet égard, Mme Cheguaf a exhorté les femmes harakies à œuvrer dans un cadre collectif, afin qu’elles soient à la hauteur des défis et des enjeux à venir, présentant les grandes lignes de la stratégie adoptée par l’Association pour relever ces défis et enjeux, ainsi que des questions relatives à la dernière assemblée générale de cette association.

Partager sur Facebook