Amzazi :La garantie de la santé des citoyens et la reprise des activités économiques sont les variables essentielles permettant de résoudre l’équation du succès de la levée progressive du confinement sanitaire

Saliha Boujraf:

Saaïd Amzazi, ministre de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Porte-parole du gouvernement, a affirmé que la résolution de l’équation du succès de la levée progressive du confinement sanitaire est tributaire de deux variables essentielles, à savoir la garantie de la santé des citoyens et la reprise des activités économiques, soulignant qu’il s’agit à la fois d’une responsabilité individuelle et collective.

Dans une déclaration à la presse en vue de clarifier tout ce qui concerne les mesures annoncées d’atténuation du confinement sanitaire dans le contexte de la lutte contre la pandémie du nouveau Coronavirus (Covid-19), M. Amzazi a ajouté « nous nous dirigeons vers la coexistence avec le virus. L’enjeu aujourd’hui réside dans la prédisposition d’un certain nombre de secteurs productifs à reprendre leurs activités économiques, mais également à garantir la santé  des citoyens ».

Par ailleurs, le responsable du gouvernement a saluéle sens de responsabilité des citoyennes et des citoyens et leur respectdes mesures du confinement sanitaire, relevant, à cet égard, que « grâce au respect de ces mesures tout au long de trois mois, nous avons pu maîtriser la situation épidémiologique ».

Amzazi a mis l’accent, en outre,sur la nécessité de respecter les mesures préventives édictées, telles que la distanciation sociale, le port obligatoire du masque de protection,le renforcement de l’hygiène personnelle et la désinfection des espaces de travail, ainsi que le téléchargement de l’application « Wiqytna » en tant que mécanisme essentiel permettant, d’une part, de suivre les cas actifs, et, d’autre part, de détecter lespersonnes ayant été en contact avec ces cas actifs.

Le ministre a indiqué que la poursuite du processus d’allégement progressifdu confinement sanitaire vise à relancer l’économie nationale, notant qu’il n’y a plus de différence significative entre les deux zones n° 1 et 2 d’allègement du confinement sanitaire en ce qui concerne les activités autorisées, à l’exceptiondes déplacements entre les régions où les citoyens de la zone n° 2 doivent disposerd’une autorisation exceptionnelle, du tourisme intérieur et de la fréquentation des plages.

Dans le même sens, M. Amzazi a précisé que le gouvernement œuvre aujourd’hui à renforcer sa capacité anticipativeà travers l’élargissement des tests de laboratoire et la réalisation des analyses de laboratoire dans les endroits où le virus est susceptible d’être présent.

D’autre part, le ministre a souligné que le gouvernement œuvre également à rassembler les cas actifs dans deux établissements spécialisés à Benslimane et Benguerir pour limiter la propagation du virus, permettre aux hôpitaux de traiter d’autres types de maladies et accélérer la levée progressive du confinement sanitaire afin de relancer les activités économiques.

Amzazi a rappelé que le Maroc est l’un des rares pays à avoir réussi dans la gestion de la pandémie et la maîtrise de manière significativede la situation épidémiologiquegrâce à la Clairvoyante Direction de Sa Majesté le Roi Mohammed VI et aux mesures prises par le gouvernement en application des Hautes Orientations Royales, qui ont été saluées par de nombreuses organisations internationales.

Le ministrea noté que le Maroc a adopté une nouvelle approche consistante àalléger progressivementle confinement sanitaire, indiquant que cette approche a permis au Maroc de maîtriser la situation, d’améliorer les indicateurs épidémiologiques et de réduire la pression qu’aurait pu subir les établissements hospitaliers et les unités de réanimation.

Amzazi a ajouté, dans ce sens, « nous pouvons être fiers que les indicateurs épidémiologiques empruntent désormais une tendance positive, que ce soit en ce qui concerne le taux des cas positifs, le taux de létalité ou le taux de reproduction et de prévalence, relevant également la baisse significative du nombres de cascontaminéspris en charge dans les hôpitaux, du nombre de cas difficiles et critiques et du nombre de décès.

Le ministre a souligné, à cet égard, que le Maroc a pu parvenirà réduire ces indicateurs, précisant quel’indicateur lié au taux de rémission, qui varie aujourd’hui entre 83 et 90%, est important en comparaisonà la moyenne internationale de ce taux qui se situeà 53%.

Partager sur Facebook