Moubdiî appelle M. Laftit à remédier à l’omission du projet de loi n° 20.04 concernant l’intégration des données d’identification des citoyens en utilisant l’alphabet « Tifinagh »

Saliha Boujraf

Mohamed Moubdiî, Président du Groupe Harakià la Chambre des Représentants, a appelé le ministre de l’Intérieur, M. AbdelouafiLafit, a remédier à l’omission commise au niveau du projet de loi n° 20.04 relatif à la carte d’identité électronique nationale dans sa nouvelle version, concernant l’intégration des données d’identification des citoyens en utilisant l’alphabet « Tifinagh ».

Moubdiî a affirmé, à cet égard, que « ce projet de loiest totalement incompatible l’article 5 de la Constitution et la loi organique n° 16-26 relative à la mise en œuvre du caractère officielle de la langue amazighe ».

Commentant la réponse apportée par le ministre de l’Intérieur lors de la séance de questions orales à la Chambre des Représentants, lundidernier, le Président du Groupe Haraki à la Chambre des Représentants a ajouté que le projet de loi ne fait référence qu’à deux alpahabetsarabe et latin dansla rédaction des données de la carte d’identité nationale, et exclut complètement la langue amazighe, consacrée constitutionnelle et son alphabet« Tifinagh ».

Par ailleurs, le député parlementaire haraki a précisé que « bien que le parlement dispose pleinement des pouvoirs d’amender ce projet de loi, mais nous considérons que l’approbation de ce texte par le gouvernement dans cette versionémet des signaux négatifs et nous espérons qu’il se rattrapera ».

Il convient de noter que le Conseil de gouvernement avait adopté, en marsdernier, le projet de loi n ° 20-04 relatif à la carte d’identité électronique nationale, qui a été présenté par le ministre de l’Intérieur.

Ce projet de loi, qui abroge et remplace la loi n° 35.06 instituant la carte d’identité nationale, vise à satisfaire les aspirations des citoyennes, des citoyens et des différents acteurs au niveau du Royaume en matière de lutte contre la falsification et l’usurpation d’identité, du fait que la nouvelle version de la carte d’identité nationale qui sera mise en place est intelligente, sécurisée et pratique.

Ce projet de loi vise également à intégrer de nouvelles fonctionnalités qui permettent d’accompagner la vision du développement numérique engagé par le Royaume, ainsi qu’un certain nombre de développements liés à la réalisation de la carte, notamment pour les mineurs.

 

Partager sur Facebook