Au vu des répercussions de la pandémie du Coronavirus et de la sécheresse : Bekkali appelle le gouvernement à sauver les agriculteurs, les éleveurs et les nomades

Saliha Boujraf:

Le Groupe Haraki à la Chambre des Conseillers a appelé le gouvernement de nouveau à la mise en place d’une stratégie pour protéger les agriculteurs et les éleveurs au vu de la propagation de la pandémie du nouveau Coronavirus et de la baisse significative des précipitations pluviométriques que le Maroc connaît pour la troisième année consécutive, plaidant pour l’intégration,de manière urgente et immédiate,des petits agriculteurs, des ouvriers agricoles, des bergers et des nomades dans la stratégie de soutien supervisée par le Comité de veille économique.

Commentant la réponse apportée par M. Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts, lors de la séance des questions orales à la Chambre des Conseillers, tenue mardi dernier sur le thème de « la situation du secteur agricole à la lumière des répercussions du Coronavirus », M. Tayyeb Bekkali, membre du Groupe Haraki à la Chambre des Conseillers, a affirmé que « nul ne peut contester que le dispositif de production et de commercialisation des produits agricoles a été grandement perturbé à cause de la propagation de la pandémie en raison des problèmes d’approvisionnement et de la réduction de la mobilité de la logistique de transport, ce qui a perturbé l’approvisionnement en aliments de bétail et le contrôle de leur prix, ainsi que l’arrêt des unités de production et de fabrication, la perturbation de l’industrie halieutique et la fermeture des débouchés à l’exportation.

Bekkali a souligné, à cet égard, que cette situation a principalement affecté les petits agriculteurs, les populations des zones rurales et les éleveurs, ainsi que la rentabilité du secteur agricole et sa contribution substantielle au Produit Intérieur Brut (PIB) et au taux de croissance qui atteindra cette année ses plus bas niveaux, en particulier à la lumière de la coïncidence de la crise causé par la pandémie avec une saison agricole caractérisée par la sécheresse et la faiblesse des précipitations pluviométriques.

Par ailleurs, le conseiller parlementaire haraki a salué de nouveau les grands efforts déployés par les agriculteurs, les producteurs et les différentes autorités publiques pour assurer la sécurité alimentaire dans notre pays à la lumière des répercussions structurelles et fonctionnelles de la pandémie sur les chaînes de production, de distribution et de commercialisation.

Bekkali a également mis l’accent mis sur la nécessité d’œuvrer à la réduction des disparités sociales et territoriales, d’autant plus que les populations des zones rurales et montagneuses souffrent doublement des répercussions de la pandémie actuelle et future, affirmant qu’ « en relation avec ce qui précède, en perspective de l’édification du Maroc post-Coronavirus et à la lumière de la préparation de l’amendement de loi de finances de cette année, l’avenir du programme de réduction des disparités sociales et territoriales est soulevé, d’autant plus que les populations des zones rurales et montagneuses souffrent doublement des répercussions de la pandémie actuelle et future ».

Bekkaki a également demandé au ministre d’apporter des éclaircissements au sujet de la mise en œuvre du programme de melkisation des terres agricoles utiles collectives au profit des ayants droit et de la vision adoptée pour l’exécution du Plan Génération Verte, en particulier en ce qui concerne l’émergence d’une classe moyenne d’agriculteurs et la résolution de la problématique de la rareté des eaux d’irrigation en raison des répercussions,immédiates et futures,de la sécheresse.

Pour sa part, le ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural etdesEaux et Forêts a affirmé, dans son intervention, que l’agriculture marocaine fait face, durant cette conjoncture, à deux crises majeures : la première a trait aux répercussions économiques et sociales de la pandémie du Coronavirus et la seconde est liée à la crise de l’eau, relevant toutefois qu’endépit ces circonstances difficiles, l’agriculture nationale a pu approvisionner les marchés nationaux par divers produits végétaux et animaux et considérant que ces résultats témoignent du haut professionnalisme qui marque désormais ce secteur.

En ce qui concerne la préparation à la célébration de l’Aïd Al-Adha, M. Akhannouch a affirmé que les préparatifs sont en cours pour cette occasion, précisant que le problème ne réside pas dans la disponibilité du cheptel, mais dans les souks. Dans ce sens, le responsable gouvernemental a indiqué queles ministères de l’Intérieur et de l’Agriculture œuvrent pour apporter la meilleure réponse à ce problème, en particulier en ce qui concerne la bonne organisation des souks, touten prenant en considération le respect des mesures préventives contre la propagation de la pandémie du Coronavirus ».

 

Partager sur Facebook