En réaction à une question centrale sur « les mesures prises pour protéger les consommateurs durant le mois de Ramadan » : Le Groupe Haraki souligne que la protection du consommateur et la préservation de son  pouvoir d’achat devraient demeurer l’une des préoccupations du gouvernement tout au long de l’année

Saliha Boujraf

Le Groupe Haraki à la Chambre des Représentants a critiqué, lundi dernier à Rabat, le caractère saisonnier du contrôle par le gouvernement des denrées alimentaires, aussi bien de leur prix que de leur qualité,affirmant à cet égard« malheureusement, le contrôle des prix et la validité des denrées alimentaires ne se fait que durant le mois de Ramadan, alors que cette opération ne devrait pas se limiter à une conjoncture donnée, mais devrait être menée toute au long de l’année ».

En réaction à la réponse apportée par le ministre délégué chargé des Affaires générales et de la Gouvernance à une question centrale sur « les mesures prises pour protéger les consommateurs durant le mois de Ramadan », le Groupe Haraki a précisé que la protection des consommateurs et la préservation de leur pouvoir d’achat devraient demeurer l’une des préoccupations principales du gouvernement tout au long de l’année,car le citoyen ne consomme pas seulement durant le Ramadan.

Par ailleurs, le Groupe Haraki a indiqué que bon nombre des denrées de base enregistrent une hausse des prix et que d’autres denrées ne sont pas propres à la consommation sont mis sur les marchés, ce qui soulève la question des mesures prises pour honorer les engagements indiqués dans le programme gouvernemental, notamment ceux relatifs à l’activation des mécanismes de protection des consommateurs en matière d’approvisionnement, de régulation du marché et de suivi des prix, ainsi que ceux portant sur la préservation du pouvoir d’achat des citoyens et la mise en place d’un système de veille pour assurer le suivi de l’approvisionnement du marché en denrées de base et de leurs prix.

Le Groupe Haraki a valorisé certains efforts déployés par le gouvernement, notamment dans le cadre de la campagne d’information visant à rappeler au citoyen consommateur ses droits et ses devoirs, soulignant toutefois que cette action demeure insuffisante.

Relevant de nombreuses violations, le Groupe Haraki a noté « les produits les plus consommés et qui font l’objet d’une forte demande sur le marché enregistrent des augmentations soutenues, en particulier les hydrocarbures et les denrées alimentaires, tels que la viande et l’oignon ».

Le Groupe Haraki à la Chambre des Représentants a également critiqué le mode de commercialisation des produits locaux qui reflètent l’image du Maroc à l’étranger, indiquant à cet égard « des produits sont exposés par des coopératives dans de grands salons majeures, sont censés être contrôlés, mais ils sont malheureusement frauduleux ».

Pour sa part, le ministre délégué chargé des Affaires générales et de la Gouvernance, qui s’est trouvé en difficulté, n’a trouvé de réponse que d’inviter les Marocains à signaler les cas de fraude,de manipulation des prix ou de vente dedenrées alimentaires impropres à la consommation en contactant le numéro de téléphone national 5757 mis en place par le ministère de l’Intérieur pour recevoir les plaintes et observations des consommateurs, ainsi que les numéros de téléphone mis en place à cet effet aussi par le ministère délégué chargé des Affaires générales et de la Gouvernance et le ministère de la Santé.

Partager sur Facebook