Dans une intervention du nom des groupes et du groupement de la majorité parlementaire sur le projet de loi n° 16.18 modifiant et complétant la loi n ° 77.03 :El Omari souligne que ce projet de loi comblera le vide juridique enregistré dans les médias audiovisuels

Zineb Abou-Abdellah:

Abderrahman El Omari, membre du Groupe Haraki à la Chambre des Représentants, s’est félicité, mardi dernier à Rabat,de l’adoption du projet de loi n° 16.18 modifiant et complétant la loi n° 77.03 relative à la communication audiovisuelle, affirmant que ce projet de loi viendra combler le vide juridique enregistré dans ce domaine.

Dans une intervention prononcée au nom des groupes et du groupement de la majorité parlementaire, M. El Omari a appelé à un changement radical au niveau des performances des médias audiovisuels, afin qu’ils puissent satisfaire pleinement les attentes des Marocains et regagner leur confiance, au lieu de réorienter leur attention vers les chaînes satellitaires et les radios étrangères où ils trouvent ce dont ils ont besoin.

Dans ce sens, M. El Omari a précisé « nous ne dénigrons pas le niveau des journalistes marocains, car ils sont hautement qualifiés ; chose qu’ils ont démontré en travaillant dans d’autres chaînes étrangères. De même,nous ne sous-estimons pas la qualité des productions et des émissions diffusées par les chaînes de télévision et les radios nationales. Il y a eu certainement un développement, si on compare le niveau actuel avec le niveau de nos médias audiovisuels durant les précédentes décennies, comme en témoigne l’évolution des taux d’audience selon Maroc métrie, en particulier ceux des productions nationales qui surclassent le produit étranger importé ».

El Omari a poursuivi « nous aspirons tous à des médias audiovisuels plus performants, en harmonie davantage avec les attentes des Marocains, plus crédibles dans la prospection des informations et plus libres dans le commentaire ; des médias qui reflètent les transformations qu’a connues le Maroc après la Constitution de 2011 ; des médias qui soient des guides et des éducateurs aux valeurs ; des médias qui reflètent notre identité aux multiples affluents, notre culture et notre capital immatériel. Il ne fait aucun doute que l’adoption de cette approche sera introduite par l’organisation d’assises nationales sur les médias pour dessiner de nouveaux horizons prometteurs de développement pour les médias audiovisuels et œuvrer à consacrer leur compétitivité ».

El Omari a souligné que la loi n° 77.03 relative à la communication audiovisuelle a accompagné le processus d’ouverture et de développement de la société marocaine tout au long de 15 ans et à différents niveaux, grâce aux modifications et amendements qui lui ont été apportés, ce qui a permis d’accompagner l’évolution des règles d’organisation des médias audiovisuels publics et privés, d’assurer leur régulation dans une phase marquée par le développement numérique et de tirer le meilleur bénéfice de leurs contenus médiatiques.

El Omari a indiqué que le projet de loi n° 16.18 modifiant et complétant la loi n° 77.03 relative à la communication audiovisuelle vient renforcer l’important arsenal juridique capitalisé par le Royaume dans le cadre de la consécration de l’Etat de droit et de la promotion des libertés dans le domaine des médias en général, et des médias audiovisuels en particulier, et traduire le choix démocratique irréversible pour lequel a opté le Maroc.

Il convient de noter que la Chambre des Représentants a approuvé à la majorité,lors d’une séance plénière présidée par M. Habib El Malki, Président de la Chambre des Représentants, et en présence de M. Mohamed El Aâraj, ministre de la Culture et de la Communication, le projet de loi n° 16.18 modifiant et complétant la loi n° 77.03 relative à la communication audiovisuelle.

Ce projet de loi vise la réintroduction de certains passages relatifs aux définitions de base dans les dispositions de la loi relative à la communication audiovisuelle, dont la suppression auparavant avait entrainé un vide juridique, en plus de la réintroduction de la compétence de l’Agence nationale de réglementation des télécommunication (ANRT) relative à l’affectation de fréquences radioélectriques au secteur audiovisuel.

Ce projet de loi a permis aussi de remplacer certaines formulations par d’autres, avec notamment la réintroduction de la définition initiale des opérateurs de la communication audiovisuelle et le remplacement de l’expression « société audiovisuelle publique » par « société de communication audiovisuelle publique ».

Le projet de loi vise également à harmoniser et uniformiser les termes utilisés dans la loi relative à la communication audiovisuelle, à travers l’unification des expressions « sociétés de la communication audiovisuelle publique » et « société de communication audiovisuelle publique » dans tous les textes législatifs et réglementaires en vigueur.

 

 

Partager sur Facebook