El Aâraj souligne que des mesures ont été prises pour créer 30 bibliothèques publiques en 2019, dont la majorité dans le monde rural

Mohamed El Aâraj, ministre de la Culture et de la Communication, a souligné, mercredi dernier à Rabat, que le ministère a pris des mesures pour créer près de 30 bibliothèques publiques en 2019, dont la majorité dans le monde rural.

Présentant le projet de budget sectoriel du ministère de la Culture et de la Communication – Département de la Culture pour l’année 2019 lors d’une réunion de la Commission de l’enseignement et des affaires culturelles et sociales à la Chambre des Conseillers, M. El Aâraja précisé que dans le cadre du programme de généralisation du livre, 25 autres bibliothèques seront soutenues dans les régions de Souss-Massa, Tanger-Tétouan-Al Hoceïma, Fès-Meknès, Marrakech-Safi et Guelmim-Oued Noun.

El Aâraj a indiqué, par ailleurs, que dans le domaine des expositions,il sera procédé à l’organisation de la 25ème édition du Salon international de l’édition et du livre 2019 à Casablanca, de la participation d’éditeurs marocains dans 33 salons internationaux et de 12 salons du livre aux niveaux régional et provincial.

Dans le domaine des arts et de la créativité, le ministre a évoqué le lancement du projet de création d’un réseau national d’écoles supérieures spécialisées dans le domaine des arts plastiques,alors que dans le domaine de la musique sera marqué par la poursuite de la réforme du système d’enseignement de la musique et l’art chorégraphique et ce, à travers la révision et la normalisation des programmes et des curricu la afin de garantir un bon enseignement musical conformément aux normes internationales en vigueur dans ce domaine. De même, le réseau des instituts musicaux du Royaume sera renforcé par la création de nouveaux instituts dans les villes de Mohammedia, Settat et El Jadida.

Dans le domaine du patrimoine culturel, M. El Aâraj a souligné qu’outre les rendez-vous réguliers, la mise en œuvre des projets programmés au titre du plan d’action 2017-2021 se poursuivra à travers la réalisation des principales opérations dans le domaine de l’inventaire, de la conservation et de la valorisation du patrimoine culturel et le parachèvement de la mise en place d’une politique régionale dans le domaine de la gestion du patrimoine conformément à la Constitution.

En outre, les mesures relatives à la promotion de l’économie du patrimoine en tant que levier du développement humain se poursuivront ; lesquelles mesures sont basées notamment sur des actions de sensibilisation et de rayonnement, à travers la mise en place des piliers d’une politique de communication dans le domaine du patrimoine culturel fondée sur la découverte de ce patrimoine et sa promotion.

Par ailleurs, M. El Aâraj a souligné que les organismes publics placés sous la tutelle du Département de la Culture enregistrera la mise en œuvre d’importants programmes culturels, avec notamment la poursuite du rayonnement de la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc, du Théâtre national Mohammed V et de l’institution « Archives du Maroc » et ce, à travers l’organisation d’activités intellectuelles, culturelles et artistiques variées, dont des activités organisées dans le cadre d’une programmation régulière ou à l’occasion de journées nationales ou internationales, ainsi que des activités de rayonnement, tels que des rencontres, des séminaires, des salons et des expositions. Il a indiqué que les instituts de formation supérieure serviront de cellules d’étude et d’apprentissage, ainsi que des espaces propices pour l’organisation d’activités académiques, pédagogiques et de rayonnement.

Le ministre a précisé, d’autre part, que les mesures incitatives à la créativité culturelle nationale seront au rendez-vous à travers une révision minutieuse de la politique de subvention et la rationalisation des moyens mobilisés et ce, à fin de garantir la poursuite du soutien des domaines culturels et artistiques sur des bases claires et transparentes, afin de promouvoir l’action culturelle nationale dans les zones urbaines et rurales et de renforcer les bases des industries culturelles.

El Aâraj a rappelé que tous ces programmes et actions reposent principalement sur des bases juridiques et structurelles, indiquant que l’adoption de plusieurs textes juridiques a été programmée en 2019, ce qui démontre le volume des efforts qui ont été déployés ou qui devraient encore être déployés.

Le ministre a indiqué que pour la mise en œuvre de ce programme dans son ensemble, le Département de la Culture a prévu des crédits budgétaires de l’ordre de 759,018 millions de DH inscrits dans le projet de loi de finances 2019, répartis entre le budget de fonctionnement dont l’enveloppe globale est de près de 429,018 millions de DH et le budget d’investissement dont les crédits de paiement s’élèvent à 330 millions de DH, soit une hausse de 3% par rapport à 2018.

Cette rencontre a été l’occasion aussi pour M. El Aâraj de passer en revue le bilan des réalisations du Département de la Culture en 2018, soulignant à cet égard que ladite année a enregistré l’impulsion d’une nouvelle dynamique à l’action culturelle au niveau des Régions, qui s’est traduite à travers l’accélération des réalisations, des activités et des programmes grâce au suivi du bilan tous les deux mois, aux visites régulières effectuées sur le terrain aux chantiers, aux établissements, aux monuments et aux sites, ainsi qu’à la tenue de séances de travail et de réunions directes avec les différentes parties prenantes au sujet des projets afin de résoudre les problématiques et les questions en suspens.

Dans le domaine du patrimoine culturel, le ministre a affirmé que le Département de la Culture a entrepris les mesures relatives à la découverte du plus ancien homo-sapiensà JbelIghoud, des plus anciens gènes d’Afrique à Tafoughaltet de l’épave d’un ancien navire sur la côte d’Essaouira, indiquant que ces découvertesont engendré de grandséchos à l’échelle internationale et ont fait que le nom du Maroc soit présent dans les milieux scientifiques spécialisés et au cœur des médias mondiaux.

El Aâraj a rappelé que des opérations qualitatives ont été entreprises dans le domaines de la valorisation du patrimoine archéologique, comme c’est le cas pour le site de Zalil, la restauration du consulat du Danemark à Essaouira, la protection des inscriptions rupestres contre les menaces auxquelles elles sont confrontées, l’inscription de sites et de monuments historiquessur la listedu patrimoine national, l’inventaire et l’enregistrement du patrimoine oral et l’organisation d’expositions sur le patrimoine au Maroc et à l’étranger.

Le ministre a ajouté que le domaine du livre et de la lecture a été marqué aussi par l’organisation de programmes et d’activités intensifs, avec l’organisation de manifestations internationales,nationales et régionales, telles la Foire internationale de l’édition et du livre, les foires régionales du livre, le Prix du livre au Maroc, le Prix Hassan IIdes manuscrits, le programme de renforcementdes capacités créatrices des prisonniers dans le domaine culturel et la promotion de la culture de l’enfant.

El Aâraj a précisé que la scène culturelle a été enrichie parl’édition de cinq publications d’une haute valeurscientifique, ainsi que par l’accélération du rythme d’ouverture à la communauté internationale à travers l’accueil par le Maroc d’activités culturelles internationales et la participation à des manifestations et rencontres culturelles à l’étranger.

Le ministre a également mis l’accent sur le renforcement de la diplomatie culturelle et la célébration de la ville d’Oujda comme capitale de la culture arabe pour l’année 2018, mettant en exergue le bilanchiffré du Départementde la Culture, ainsi que les programmes qui ont été mis en œuvre dans le domaine des arts.

Partager sur Facebook