Laenser exposé, à Paris, un aperçu sur le chantier de la régionalisation avancée au Maroc

L’ambassade du Royaume du Maroc à Paris a organisé,mardi dernier, une rencontre-débat sur le thème« La Région en tant que moteur de développement territorial », au cours de laquelle différents intervenants ont échangé leurs points de vue autour de cette question qui est d’actualité,aussi bien au Maroc qu’en France.

Cette rencontre, à laquelle ont pris part plusieurs présidents et vice-présidents de régions du Maroc et de France, ainsi que des élus et différents partenaires de la coopération décentralisée dans les deux pays, en présence de l’Ambassadeur du Royaume du Maroc à Paris, M. Chakib Benmoussa, a été l’occasion de passer en revue les principaux objectifs du développement territorial et de la régionalisation dans les deux pays et de débattre des enjeux actuels y afférents, notamment dans les domaines du financement et de l’exécution des politiques.

Mohand Laenser, Président de l’Association des Régions du Maroc, a exposé un aperçu sur le chantier de la régionalisation avancée au Maroc, qui a été instituée dans la Constitution de 2011 et à travers la loi organique relative aux régions, ajoutant que ce chantier jouit d’un fort soutien royal, ce qui a favorisé une avancée substantielle dans ce domaine.

Par ailleurs, M. Laenser a souligné l’importance de la coopération décentralisée, notamment avec la France, liée avec le Maroc par une coopération sur le plan de la formation des cadres et la bonne mise en œuvre de la régionalisation, assurant que la coopération avec la France dans le domaine du développement territorial permettra également d’éviter la reproduction de modèles ou d’expériences qui n’avaient pas donné lieu à des résultats ou dont les résultats étaient limités. Dans ce sens, M. Laenser s’est félicité de l’amitié et la solidarité entre les régions de France et du Maroc.

Les autres interventions ont focalisé sur le renforcement de la coopération décentralisée, notamment en matière de formation professionnelle, dans les domaines techniques et agricoles et sur les plans de la mobilité des jeunes, de la culture et des énergies renouvelables, ainsi que de la formation des élus locaux. Ces interventions ont porté aussi sur les questions liées au financement et à la mobilisation des ressources.

Partager sur Facebook