Le Groupe Haraki à la Chambre des Représentants réaffirme son alignement aux côtés du peuple palestinien jusqu’à la libération de son pays

Le Groupe Haraki à la Chambre des Représentants a réaffirmé, lundi dernier à Rabat, son alignement aux côtés de la cause du vaillant peuple palestinien jusqu’à ce qu’il obtienne son indépendance et établisse son Etat indépendant avec Al Qods pour capitale, soulignant à cet égard « notre position est une position historique et constante au sujet de la question palestinienne, d’autant plus que la relation des Marocains avec la Palestine et avec Al Qods en particulier est une relation spirituelle profondément ancrée dans l’imaginaire individuel et collectif des Marocains ».

Dans ce sens, M. Abdelhakim Al Ahmadi, membre du Groupe Haraki à la Chambre des Représentants, a affirmé, lors d’une séance organisée en signe de solidarité avec le peuple palestinien, que « la longue distance qui sépare le Maroc et la région du conflit n’a jamais dissuadé les Marocains de se fondre dans le creuset de cette question proche de leurs sentiments, puisque le Maroc a fait de la question de la Palestine sa priorité absolue, comme en témoignent les efforts diplomatiques soutenus qu’il a déployés tout au long de l’histoire du conflit arabeo-israélien, grâce à la fusion du Trône et du peuple marocain ».

Dans une intervention lue au nom du Groupe araki à la Chambre des Représentants, M.Al Ahmadi, a condamné l’arrogance sioniste, s’interrogeant à cet égard sur l’utilité et la force légale des résolutions internationales face aux pratiques sionistes hostiles, aux projets de colonisation expansionnistes, aux politiques de démolition, d’annexion et de confiscation des terres et des biens, de déportation et d’enclavement, d’interdiction d’accès aux lieux de culte et de meurtre de civils désarmés parmi les personnes âgées, les enfants et les femmes, et face aussi au parti pris des Etats-Unis pour sa cousine Israël au point de prendre la décision irréfléchie et maladroite de transférer l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique vers Al Qods, qui est la première des deux Qibla et la troisième mosquée sacrée après celles de la Mecque et de Médine.

Al Ahmadi a ajouté que « ces résolutions demeurent des décisions creuses qui ne sont suivies d’aucun effet, dont notamment la dernière résolution n° 2334 qui a souligné en particulier que la colonisation dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967, y compris Al Qods-Est, est illégale et constitue une violation du droit international et une entrave à la réalisation d’une paix juste et globale ».

Al Ahmadi a poursuivi que cette situation déséquilibrée et anormale, soutenue et nourrie par l’hégémonie des rapports de force sur la décision mondiale, ne peut être classée que dans la case de la promotion des causes de l’extrémisme et du terrorisme, sous le chapeau du terrorisme exercé par un Etat à l’encontre d’un peuple désarmé.

Al Ahmadi, qui a salué la résistance du peuple palestinien héroïque, a appelé à la consolidation des rangs arabes et à unir leurs efforts en faveur de cette question centrale et a exhorté les factions palestiniennes à mettre fin à l’état de division et à s’engager avec sincérité et détermination au sein d’un gouvernement unifié, uni et fédérateur, qui soit le représentant unique du peuple palestinien.

Al Ahmadi a noté, en outre, que la question de la Palestine et d’Al Qods en particulier n’a pas besoin de slogans résonants et luisants, mais de la conciliation entre l’action politique, les efforts diplomatiques et le travail sur le terrain.

 

Partager sur Facebook