Lors d’une rencontrequ’il a tenue avec les militantes et militants harakis de Marrakech :Amzazis’engageà réhabiliter les établissementsd’enseignement et à aller de l’avant sur la voie du raffermissement des relations de confiance entre l’école et son environnement social

Saïd Amzazi, ministre de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et membre du Bureau politique du Mouvement Populaire, a tenu, lundi dernier à Marrakech, une rencontre de communication avec un groupe de présidents de collectivités territoriales, d’élus et de militantes et militants harakis.

Amzazi a considéré que cette rencontre s’inscrit dans le cadre des rencontres de communication que la direction du parti du Mouvement Populaire tient avec les élus et les militantes et militants harakis où qu’ils se trouvent en vue de renforcer la communication et œuvrer au développement de la performance de l’action partisane en particulier et de l’action politique en général et ce, au service des causes des citoyens.

Par ailleurs, M. Amzazi a indiqué que cette rencontre, qui traduit aussi la volonté d’œuvrer à la mise en œuvre du plan d’urgence de réforme du système d’éducation et de formation auquel a appelé Sa Majesté le Roi Mohammed VI pour promouvoir le secteur de l’éducation, a été l’occasion d’aborder de nombreuses questions relatives à l’éducation qui préoccupent les élus harakis au niveau de la Région Marrakech-Safi en général.

Les participants ont passé en revue plusieurs contraintes et problématiques liées à l’éducation auxquels sont confrontées les collectivités territoriales environnantes de Marrakech, dont celles relatives à l’élément humain, aux établissements d’enseignement et leur environnement, aux programmes et aux politiques d’enseignement,aux délégations provinciales de l’Education nationale et à leurs relations avec leur environnement, à la formation, au suivi, aux moyens et ressources limités et parfois à leur mauvaise gestion, au déficitdes ressources humaines et logistiques.

Dans ce sens, les participants ont proposé l’engagement de plusieurs mesures pour pallier les contraintes et problématiques susmentionnées, à savoir notamment la mise en place de classes pour les personnes ayant des besoins spécifiques, l’équipement des espaces à l’intérieur des établissements d’enseignement(terrains de jeux), l’élaboration d’une formule de programme national / régional pour la restauration et la mise à niveau des écoles de manière permanente et continue en partenariat entre les conseils locaux (région,communes, provinces), l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) et les Délégations provinciales de l’Education nationale, la réunion des conditions favorables à la scolarisation en termes de restaurations, de toilettes, d’eau potable et de transport scolaire,l’engagement d’un réflexion sur la conclusion d’un partenariat avec les collectivités territoriales, le traitement de la problématique de l’encombrement des classes qui préoccupe  toujours tout le monde, ainsi que le renforcement de la sécurité à l’intérieur et à l’extérieur des écoles pour prémunir les élèvesdes vols, du harcèlement, de la drogue, de l’extrémisme et d’autres risque.

Les participants ont été unanimes à souligner qu’il n’y a pratiquement aucun établissement qui ne souffre pas d’un déficit de cadres en raison des absences pour cause de maladie ou de naissance ou pour d’autres raisons, ce qui pose la problématique de la qualité de l’enseignement au niveau de la région, ainsi que d’autres problèmes de nature juridique qui perturbent la gestion des affaires éducatives à Marrakech et ses environs en général.

Les intervenant lors de cette rencontre ont également appelé M. Amzazi à lutter contre les lobbys de l’enseignement et à innover une forme de contrôle pertinente, en particulier dans le domaine de l’inspection, dont les missions ne seraient que très rarement organisées et à des fins de notation uniquement.

Pour sa part, le ministre de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique s’est engagé à trouver des solutions urgentes à ces problèmes, saisissant cette occasion pour présenter le plan de son ministère visant à promouvoir le secteur, réhabiliter les établissement d’enseignement et à aller de l’avant sur la voie du raffermissement des relations de confiance entre l’école et son environnement social.

 

Partager sur Facebook