Dans une intervention de MmeBelksaoui au nom du Groupe Haraki à la Chambre des Représentants :- Les interventions du Fonds de développement rural et des zones montagneuses ne suffisent pas à elles seules pour pallier le déficit structurel dont elles souffrent

– Le gouvernement devrait doter les Régions et les autres collectivités territoriales des ressources financières nécessaires pour réhabiliter les zones vulnérables et surmonter le retard accusé par le monde rural et les zones montagneuses

 MmeHakimaBelksaoui, membre du Groupe Haraki à la Chambre des Représentants, a souligné que les interventions du Fonds de développement rural et des zones montagneuses ne suffisent pas à elle seules pour pallier et réduire le déficit structurel dont souffrent ces territoires.

Dans une intervention au nom du Groupe Haraki à la Chambre des Représentants lors de la discussion du rapport de la Commission de contrôle des finances publiques sur « l’évaluation de la gestion du Fonds de développement rural et des zones montagneuses », MmeBelksaoui a affirmé que « le gouvernement est appelé aujourd’huiplus que jamais de doterles Régions et les autres collectivités territoriales des ressources financières nécessaires pour mettre à niveau les zones vulnérables et surmonter le retard accusé par lemilieu rural et les zones montagneuses, notamment sur le plan de la mise en placedes équipements de base, des services publics et des conditions d’une vie décente ».

Par ailleurs, MmeBelksaoui a considéré que le Fondsde développement rural et des zones montagneuses est l’un des principaux mécanismesayant pour objet le territoire et l’homme, soulignant que de grands enjeuxsont à relever par les gestionnaires de ce fonds, en particulier la problématique de la réduction des inégalités sociales et territoriales, qui a été à l’origine de la conception d’une nouvelle vision consistant àsoutenir cefonds par 50 milliards de DH, en vue de financer un programme qui ciblera 12 millions bénéficiaires, répartis sur les 12 régions du Royaume, 73 provinces et 1.253 communes rurales.

Dans ce sens, MmeBelksaoui a exprimé l’espoir du Groupe Haraki quel’effort qui sera déployé sur ce plan sera à la hauteur de l’enjeu consistantà réduire les disparités sociales et territoriales, assurant que l’impact efficient et direct de cet effort sur la populationdemeure tributaire d’une planification stratégique qui repose sur un plan participatif,intégré et fédérateur, adoptantdes mécanismes efficaces d’orientation, de coordination, de suivi et de valorisation, d’autant plus que le mode de gestion antérieur du fonds suscite des inquiétudes quant à la possibilité de se retrouver de nouveauface à des projets mis en suspens ou n’ayant pas vu le jour.

MmeBelksaouia mis l’accent sur la nécessité de prendre les recommandations de la Courdes Comptes en considération afin d’éviter les obstacles et les problèmes qui avaient entravé la réalisation des objectifs escomptés, ajoutant que « le déficitdont souffre le monde rural, qui est perceptible à des degrés différents et différenciés,requiertla définition de cibles prioritaires et l’adoptiondes projets des Schémas régionaux d’aménagement du territoire.

MmeBelksaoui a souligné que l’objectif estde parvenir,dans les meilleurs délais,à une meilleure répartition des activités et des ressources et à une organisation rationnelle des territoires au niveau des zones rurales et montagneuses, en vue de la mobilisation des potentialités régionales et locales pour promouvoir les investissements et mettre à niveau le territoire pour renforcerson attractivité desinvestissements touristique, industriel, agricole et de servicesdans les zones rurales et montagneuses, générer des opportunités d’emplois et améliorer les conditions de vie de la population.

MmeBelksaoui a tenu, par ailleurs, à exprimerl’espoir du Groupe Harakique ce fonds soit lancé dans sa versiondéveloppéede manièreà faciliter la réalisation des projets afin qu’il puisse jouerson rôle de développement et réaliser le rêve de justice, d’équité et d’équilibre entre toutes les régions du Royaume.

 

Partager sur Facebook