Lors de la signature d’une convention : Amzazi souligne que le ministère ambitionne à faire de la culture entrepreneuriale un levier pour le développement de projets éducatifs

  Le ministère de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et l’association « Injaz Al-Maghrib » ont procédé, hier vendredi à Rabat, au renouvellement de la convention cadre portant sur le renforcement de la culture entrepreneuriale au sein des établissements d’enseignement.

Signée le 05 mars 2015 par les deux parties, cette convention, qui s’inscrit dans le cadre de la vision stratégique pour réforme du système d’éducation et de formation 2015-2030, vise le renforcement des partenariats et l’utilisation des diverses expertises fournies par les institutions économiques, en particulier les entreprises, afin de les impliquer dans l’élaboration des projets des établissements d’enseignement, ainsi que la consécration de la culture entrepreneuriale auprès des élèves.

Cette convention a pour objectif également à jeter des ponts entre les établissements d’enseignement et le monde de l’économie et le marché du travail, à offrir aux élèves l’opportunité de s’imprégner de l’esprit entrepreneurial et à donner l’occasion aux cadres de l’entreprise pour mettre leurs expériences et expertises à la disposition des élèves, en vue de définit leurs besoins et les aider à développer leurs compétences pour assurer leur succès dans leur vie professionnelle.

Dans une allocution prononcée à cette occasion, M. Saïd Amzazi, ministre de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, a souligné que son département ambitionne, à travers cette convention, de faire de la culture entrepreneuriale un levier pour le développement de projets éducatifs via l’intégration de la dimension entrepreneuriale lors de l’ingénierie des cursus d’enseignement dès les cycles primaire et secondaire.

Amzazi a proposé d’octroyer des certificats aux élèves souhaitant se lancer dans leurs propres projet en leur accordant un « passeport », en vue de les accompagner dans leur parcours d’enseignement jusqu’à la concrétisation des projets, notant que le marché du travail ne pourrait pas à lui seul, dans la conjoncture actuelle, absorber les lauréats des universités et les diplômés, ce qui nécessite la mise en œuvre de solutions susceptibles d’outiller les élèves pour relever le défi de créer des entreprises.

Il est à indiquer que l’association « Injaz Al-Maghrib » vise essentiellement à organiser des programmes de formation qui aident les jeunes à créer leurs propres entreprises.

Partager sur Facebook