La généralisation de la couverture médicale, au centre d’une question orale présentée par Mme Ahkim au nom du Groupe Haraki à la Chambre des Représentants

Mme Leïla Ahkim, membre Groupe Haraki à la Chambre des Représentants, a souligné, en commentant la réponse du ministre de la Santé à une question orale concernant « la généralisation de la couverture médicale », que le système souffre de divers carences et dysfonctionnements et à tous les niveaux, consistant notamment en un déficit criard des ressources humaines, l’absence de gouvernance en matière de répartition des ressources entre l’ensemble des Régions et un déficit d’équipements et de logistique, qui ont engendré l’échec de la généralisation de la couverture médicale.

Mme Ahkim s’est interrogée au nom du Groupe Haraki à la Chambre des Représentants sur le plan d’action du ministère de la Santé 2016-2025, affirmant à cet égard « nous ne savons ni les grandes lignes de ce plan d’action, ni ses orientations générales, alors que la généralisation de la couverture médicale universelle est tributaire ».

Par ailleurs, Mme Ahkim a appelé à accélérer l’adoption des textes réglementaires nécessaires pour mettre en œuvre des dispositions de la loi n° 98.15 relative à l’assurance maladie obligatoire spécifique aux catégories des professionnels, des travailleurs indépendants et des personnes non-salariés qui exercent une activité privée et ce, après l’ouverture de canaux de dialogue avec tous les acteurs et professionnels afin d’élaborer des textes réglementaires devant apporter des solutions aux contraintes relevées.

De plus, Mme Ahkim a mis l’accent sur la nécessité d’adopter une politique des médicaments, d’encourager la production nationale des médicaments et de mettre en œuvre les dispositions de la loi n° 17.04 relatif au code du médicament et de la pharmacie, précisant qu’il faudrait prendre en considération la situation des pharmaciens en tant qu’acteur clé du système de santé.

Partager sur Facebook