Al-Aâraj : Le projet de loi organique relative au Conseil national des langues et de la culture marocaines se veut un cadre de référence et une force de proposition en matière des langues et des cultures

 

Mohamed Al-Aâraj, ministre de la Culture et de la Communication, a affirmé, lundi dernier à Rabat, que le projet de loi organique relative au Conseil national des langues et de la culture marocaines se veut un cadre de référence et une force de proposition en matière des langues et des cultures, visant à promouvoir une politique linguistique cohérente pour les deux langues officielles et les langues étrangères et à consolider l’identité marocaine et préserver la diversité de ses composantes.

Présentant ce projet de loi devant la Commission de l’enseignement, de la culture et de la communication à la Chambre des Représentants, M. Al-Aâraj a indiqué que ce texte de loi vise à favoriser la fusion des composantes de l’identité marocaine, à travers l’accès aux droits culturels, le développement de l’économie de la culture et la garantie de la cohérence des actions des différents intervenants dans le domaine culturel et artistique.

Le ministre a ajouté que ce projet de loi organique constitue, au côté du projet de loi organique relative à la mise en œuvre du caractère officiel de la langue amazighe, une expression des mutations en cours au Maroc durant les dernières années en matière de refonte des déterminants de l’identité nationale diversifiée et unifiée.

Al-Aâraj a indiqué, par ailleurs, que ce projet de loi respecte les engagements internationaux du Royaume dans les domaines de la protection et la valorisation du patrimoine culturel, de la reconnaissance de la diversité linguistique et culturelle, de l’adoption de politiques culturelles rationnelles, de la garantie des droits culturels et du respect des droits de l’Homme.

Le ministre a rappelé que ce projet de loi organique s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des dispositions de la Constitution, dont l’article 5 prévoit la création d’un Conseil national des langues et de la culture marocaines, chargé notamment de protéger et de développer les deux langues nationales, l’arabe et l’amazigh, et les différentes expressions culturelles marocaines, en tant que patrimoine authentique et création moderne et comprenant l’ensemble des établissements concernés par ces domaines d’intervention.

Al-Aâraj a précisé que ce projet de loi organique, renferme 51 articles répartis en 10 axes, confère audit conseil le statut d’institution constitutionnelle nationale de référence en matière de politiques linguistiques et culturelles, dotée de la personnalité morale et jouissant d’une autonomie financière et administrative.Al-Aâraj a rappelé que ce projet de loi organique a fait l’objet de travaux préparatoires auxquels ont été associés les départements gouvernementaux concernés sous la supervision du Département de la Culture, ainsi que d’une consultation nationale constructive au cours des étapes de rédaction et d’approbation préliminaire, ce qui a abouti à l’élaboration d’un document riche sur le plan de son contenu et qui est soumis aux députés de la nation pour approfondir son examen.

Partager sur Facebook